DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rock à Kaboul

Vous lisez:

Rock à Kaboul

Taille du texte Aa Aa

Un samedi pas comme les autres à Kaboul : pour la première fois depuis trente ans, les habitants de la capitale afghane ont pu participer à un festival de rock. Le groupe Ouzbèque “Tears of the Sun” et sa chanteuse ont fait un tabac auprès des jeunes.

Une femme sur scène, une poignée d’autres dans le public – une petite révolution ici. Pour assister à cet événement sous haute sécurité, certains étaient venus de loin.

“Je n’avais pas assisté à un concert depuis longtemps, confie un homme venu du sud du pays, parce qu’il y a des combats à Kandahar et les Taliban sont toujours là. Donc je suis venu à Kaboul pour voir ce concert.”

Baptisé “Sound Central”, ce festival est né sous l’impulsion d’un photographe australien venu s’installer en Afghanistan et qui a été bouleversé par le talent des musiciens locaux. Avec le rock, c’est un vent de liberté qui souffle sur la jeunesse afghane.