DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pêche : révélations sur des pratiques illégales en Espagne

Vous lisez:

Pêche : révélations sur des pratiques illégales en Espagne

Taille du texte Aa Aa

L’enquête sur les armateurs Vidal en Espagne jette une ombre sur le secteur de la pêche en Europe. D’après le Consortium international des journalistes d’investigation, la société espagnole aurait reçu en 15 ans plus de 8 millions d’euros de subventions tout en ramenant à quai des prises illégales. Pour l’eurodéputée verte Isabella Lönvin, c’est le scandale de trop :

“ Nous vivons une crise économique profonde en Europe. Et on ne peut en aucun cas justifier que l’argent des contribuables soit utilisé pour quelque chose qui est contraire au bien commun. “

Pour Europêche, l’association qui représente le secteur en Europe, l’enquête oublie de préciser la raison d‘être des subventions perçues.

“ Ces aides sont surtout destinées au démontage de bateaux, et donc à éliminer des capacités de pêche “, assure Javier Garat, le président d’Europêche. “ Donc, ils mentent lorsqu’ils donnent ces chiffres. En Espagne, entre 1986, l’année où nous avons intégré la communauté européenne, et aujourd’hui, on est passé de 21.000 bateaux à moins de 11.000, ce qui fait 47% de moins. Et évidemment, les emplois dépendant des activités de pêche ont eux aussi été réduits de l’ordre de 50%. “

En finir avec la surcapacité et garantir le renouvellement des espèces. C’est l’objectif affiché de la Commission qui propose une réforme :

“ Nous sommes dans une situation de surpêche. Nous pêchons avec de nombreux bateaux un petit nombre de poissons. Ca ne peut pas continuer, ni pour le consommateur, ni pour l’environnement, et finalement pas non plus pour le pêcheur. “

La flotte espagnole, la plus importante de l’Union, est aussi la première bénéficiaire des aides. Mais en Espagne comme ailleurs, Bruxelles reconnaît la difficulté à faire appliquer les règles.