DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce: occupation de plusieurs ministères par des militants syndicaux

Vous lisez:

Grèce: occupation de plusieurs ministères par des militants syndicaux

Taille du texte Aa Aa

C’en est trop pour les syndicats grecs. Les créanciers de l’Union européenne et du FMI vont jusqu‘à demander maintenant une baisse du salaire minimum, et des réductions de salaires dans le privé. Réponse immédiate: plusieurs centaines de militants ont occupé plusieurs ministères ce mardi, y compris le bureau très symbolique du ministre du Travail à Athènes.

“Ils veulent éliminer les accords salariaux, a réagi un responsable du syndicat communiste Pame. Pourquoi? Pour donner l’argent au capital, et avoir des travailleurs moins chers, des travailleurs qui bossent pour rien. Avec des salaires au rabais, les gens ne pourront pas payer leur couverture sociale, et ce sera une catastrophe pour leur vie et leur santé”. Les ministères grecs des Finances, de l’Agriculture et du Tourisme ont également été occupés par des militants syndicaux. Cela préfigure une grève générale dure mercredi, à l’appel de tous les syndicats du public et du privé. De toute façon, le gouvernement grec ne se risquera pas à abaisser le salaire minimum, qui est actuellement de 750 euros. “La Grèce ne va pas se transformer en Inde”, s’est même fâché le Premier ministre Georges Papandréou.