DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Basket : Tony Parker à l'ASVEL, c'est officiel !

Vous lisez:

Basket : Tony Parker à l'ASVEL, c'est officiel !

Taille du texte Aa Aa

Tony Parker a confirmé ce mercredi la rumeur qui ne cessait d’enfler. Le meneur de jeu des San Antonio Spurs (NBA) et de l’équipe de France va donc évoluer sous les couleurs de l’ASVEL dans le championnat de Pro A en France.

La pré-saison du championnat nord-américain a été annulée. En cause, le partage des revenus générés par la NBA entre clubs et joueurs. Faute d’accord, ce sont les deux premières semaines de la saison régulière qui vont être également annulées. Voire toute la saison. Les discussions entre dirigeants de club et joueurs sont au point mort. Le blocage, lock-out, de la NBA, a donc poussé le récent médaillé d’argent à l’Euro avec l’équipe de France à s’engager avec l’équipe de Villeurbanne (banlieue de Lyon).

Sur son site, le joueur déclare qu’il est « content et excité de revenir en France même si j’ai aussi hâte que la NBA reprenne. Si la saison américaine reprend en novembre ou en décembre, j’aurai eu cette chance de jouer en France quelques matchs ». Même si les probabilités de voir jouer l’emblématique numéro 9 toute la saison en France sont minces, l’ASVEL peut s’enorgueillir de compter dans ses rangs un joueur capable de porter son équipe au plus haut.

Tony Parker explique que les négociations concernant son assurance ont été le dernier dossier à boucler pour officialiser sa venue en France. Lundi dernier, un accord a été conclu à hauteur de 190 000 € pour trois mois. Un montant que le joueur prendra en charge seul. De plus, Tony Parker évoluera à l’ASVEL pour un salaire de 1500 € par mois, soit le salaire minimum qu’un joueur peut percevoir dans le championnat de Pro A. Une somme aux antipodes des 12,5 millions de dollars qu’il touche avec les Spurs. Pour Tony Parker, « c‘était un choix logique pour moi de jouer en France, de venir aider mon club ». Également actionnaire et vice-président de l’ASVEL depuis février 2009, le joueur touche plus de 4 millions de dollars par an en revenus publicitaires… Une somme que l’on peut comparer au budget 2010-2011 de l’ASVEL qui était de 6 millions.

Le joueur des Spurs n’est pas le seul à prendre le chemin de la Pro A. Outre Nicolas Batum (Portland) qui a rejoint et déjà joué pour le SLUC de Nancy, Pape Sy (Atlanta) s’est engagé avec l’équipe de Gravelines. Boris Diaw a pris la direction de Bordeaux, qui évolue dans le deuxième échelon du championnat de basket français, la Pro B. Joakim Noah (Chicago Bulls) et d’autres joueurs ont également laissé entendre qu’ils ne seraient pas contre un retour en France. Le retour des stars de la NBA est assurément un excellent coup de projecteur sur le basket français. Un sport qui souffre de la popularité du football et du rugby dans l’hexagone. Mais le magnifique parcours de l’équipe menée par Tony Parker au championnat d’Europe en Lituanie et la pluie de stars sur la Pro A vont peut-être changer la donne.