DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pékin et Moscou opposent leurs vétos à d'éventuelles mesures contre la Syrie

Vous lisez:

Pékin et Moscou opposent leurs vétos à d'éventuelles mesures contre la Syrie

Taille du texte Aa Aa

Le Conseil de sécurité des Nations unies étudiait hier un projet de résolution rédigé par les Occidentaux. Neuf des quinze pays se sont prononcés pour la condamnation de la répression sanglante du régime. Une majorité qui n’a pas convaincu l’ambassadeur russe.

“Il est inacceptable de lancer un ultimatum, de menacer avec des sanctions les autorités syriennes. Cette approche va à l’encontre d’un règlement pacifique de la crise qui doit être basé sur un dialogue national syrien”, souligne Vitaly Churkin.

A l’instar de la Chine, la Russie affirme refuser une éventuelle intervention militaire, comme ce fut le cas en Libye.

Mais pour l’ambassadrice américaine “il ne s’agit pas d’intervention militaire, ni de la Libye”. Selon Susan Rice, ce vote “est une ruse de ceux qui préfèrent vendre des armes au régime syrien plutôt que d’appuyer son peuple.”

La violente répression contre les opposants au régime sur le terrain a déjà fait près de 3000 morts selon le HCR (Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés). Amnesty international dénonce également une campagne contre les protestataires expatriés, victimes du harcèlement de leurs amabassades.