DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Igor Janke: "Un choix émotionnel entre les deux partis"

Vous lisez:

Igor Janke: "Un choix émotionnel entre les deux partis"

Taille du texte Aa Aa

Les Polonais aux urnes ce dimanche pour les élections législatives. Ce qui attire l’attention c’est le duel entre les deux géants : les libéraux de la Plateforme Civique et l’opposition conservatrice Droit et Justice. Nous allons parler de ces deux Partis ainsi que de l’ensemble du paysage politique polonais, avec Igor Janke, journaliste et éditorialiste au quotidien “Rzeczpospolita”.

Tomas Siemienski, euronews

Les Polonais vont voter pour différents partis politiques, mais en même temps pour différentes visions de leur pays. Quel est le choix qui leur est donné concernant l’avenir de la Pologne pour les années à venir ?

Igor Janke, journaliste et éditorialiste au quotidien polonais “Rzeczpospolita

A vrai dire, il s’agit d’un choix très émotionnel parce que les différences entre les deux principaux partis ne sont pas si énormes.

Le désaccord concerne principalement le fait de savoir s’il faut réformer la Pologne d’une manière plus dynamique, s’il faut souligner davantage la souveraineté de la Pologne, y compris au sein de l’Union européenne, si le pays doit être plus autonome dans sa politique étrangère, si le temps est venu de prendre des décision difficiles, concernant par exemple l‘économie.

Tomas Siemienski, euronews

Mais justement, vue de l’extérieur, la Pologne semble une sorte d’oasis qui a réussi à maintenir une assez bonne situation économique. Pourquoi alors la campagne électorale ressemble parfois à un combat pour la vie ou la mort, où l’adversaire est perçu presque comme s’il menaçait jusqu‘à la survie du pays ?

Igor Janke, journaliste et éditorialiste au quotidien “Rzeczpospolita

C’est en effet un combat où on cherche la mort politique de l’adversaire.

La raison de ce phénomène est l’origine commune des deux camps. Les deux adversaires ont été de bons amis à une époque, presque des amis d’enfance.

Aujourd’hui, ils sont devenus presque des ennemis, des ennemis politiques en tout cas.

Ce gouffre entre eux est devenu encore plus profond à cause de la catastrophe de Smolensk. Cette catastrophe a fait surgir d’un côté de très nombreuses théories de complots, et d’un autre côté beaucoup de critiques sérieuses contre le gouvernement.

Tomas Siemienski, euronews

Justement, dans ce duel Plateforme Civique contre Droit et Justice, le parti de Donald Tusk a toujours été vu comme le favori. Et soudain, dans les sondages récents, nous voyons que Jaroslaw Kaczynski est tout près de son adversaire. D’où vient ce soudain équilibrage des chances entre les deux partis ?

Igor Janke, journaliste et éditorialiste au quotidien “Rzeczpospolita

La situation de Plateforme Civique est plus difficile car, après 4 années au pouvoir, l’opinion est très répandue selon laquelle l‘équipe de Tusk n’a pas réussi à résoudre de nombreux problèmes. Ils le disent eux-même: nous n’avons pas fait tout ce qu’il y avait à faire mais nous allons maintenant essayer de faire mieux. Ce n’est pas un message propre à emballer les électeurs.

Droit et Justice profite de tout cela d’une manière assez rusée, et pointe tous les défauts du gouvernement. On construit l’image de Jaroslaw Kaczynski comme l’alternative en tant que leader de la nation.

Tomas Siemienski, euronews

Oui, mais nous parlons tout le temps de deux partis seulement. Où est donc la gauche polonaise ? La parti SLD oscille entre 6 et 8%d’intentions de vote. Les Polonais seraient-ils une population à ce point de droite ?

Igor Janke, journaliste et éditorialiste au quotidien “Rzeczpospolita

D’un côté, les Polonais sont en effet plus conservateurs que la plupart des autres peuples.

La gauche est très clairement en pleine crise. C’est dû en partie au fait qu’ils n’y pas de leader fort au sein de la gauche. Grâce à cela, la Plateforme Civique s’approprie, d’une manière très maline, une partie de l‘électorat de gauche, et enfonce encore plus le SLD.

Tomas Siemienski, euronews

Merci alors pour tous ces éclairages. Nous attendons donc ces élections passionnantes ce dimanche, dont le résultat sera évidemment donné à l’antenne d’euronews. Merci encore.