DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouvelle-Zélande: aucune excuse pour échouer sur l'Astrolabe

Vous lisez:

Nouvelle-Zélande: aucune excuse pour échouer sur l'Astrolabe

Taille du texte Aa Aa

La Nouvelle-Zélande fait face à la perspective d’une marée noire historique.

Les galettes de pétrole brut ont atteint la plage renommée de Mont Maunganui. Il faut nettoyer.

Mais c’est au large que la guerre se gagnera.

200 personnes surveillent de près la coque du porte-conteneurs libérien Rena, échoué depuis six jours, sur le récif Astrolabe, un récif réputé pour sa faune et sa flore.

Aujourd’hui, le mauvais temps a interrompu le pompage des 1700 tonnes de brut que renferme le navire.

Joint par téléphone, un pêcheur retraité, vivant sur la plage souillée, dit sa colère:

“Quiconque frappe ce récif devrait avoir honte. Il n’y a pas d’excuse, il est cartographié, il y a un phare sur l‘île juste à côté. Il est sur toutes les cartes et avec les radars électroniques, aujourd’hui, il n’y a vraiment aucune excuse.

Les gens sont en colère et c’est justifié. Il n’y a pas eu de réponse immédiate. Beaucoup de gens et moi aussi pensions qu’un navire pétrolier allait arriver dès le lendemain pour retirer le pétrole ou quelque chose comme ça mais je réalise que ces sortes de choses prennent beaucoup de temps à organiser. J’espère simplement que quelqu’un du gouvernement va passer outre la bureaucratie et agir vite.”

300 militaires se préparent à intervenir. Des hélicoptères, équipés de produits dispersant, survolent le site de l’accident.

30 tonnes de pétrole brut se sont déjà déversées en mer et le navire transporte des conteneurs de matières dangereuses.

La pêche, la baignade et le ramassage de coquillages ont été interdits. Huit cadavres d’oiseaux ont déjà été découverts.