DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les relations Ukraine - Union Européenne mises à mal par le cas Timoshenko

Vous lisez:

Les relations Ukraine - Union Européenne mises à mal par le cas Timoshenko

Taille du texte Aa Aa

Le verdict dans le procès Timoshenko a choqué l’Ukraine et en a surpris plus d’un dans le monde. Juste après son annonce, les réactions ont été violentes dans la rue, et des affrontements ont eu lieu avec la police dans les rues de Kiev.

Nous avons interrogé Vadim Karasyov, expert en relations internationales, sur les conséquences de cette décision sur la politique intérieure et extérieure de l’Ukraine.

Aleksandra Vakulina, Euronews :
A votre avis, cette décision représente t-elle un moment décisif pour la vie politique ukrainienne ?

Vadim Karasyov :
Eh bien, cela pourrait être le cas si Timoshenko est emprisonnée. Il sera alors évident que la concentration des pouvoirs politiques et personnels de Ianoukovitch est totale. Et le régime politique qu’il a construit sera complet. Il est absolument certain que cela va poser des problèmes pour les relations Ukraine-Union européenne. Cela va poser aussi la question de la transparence des prochaines élections législatives de 2012.

Euronews :
Ces dernières semaines, l’Union a insisté sur le caractère arbitraire de la justice ukrainienne au sujet du cas Timoshenko. Quel peut être le prochain geste de l’Union européenne ?

Vadim Karasyov :
“Les questions d’un marché libre commun et de l’accord d’association politique vont resurgir. Dans de telles conditions, l’Europe peut annuler la signature de ces accords. Les autorités ukrainiennes vont donc avoir deux choix. le premier serait de se tourner vers l’Union eurasienne de Poutine, et jouer ainsi les négociations géopolitiques avec la Russie d’un côté et l’Union européenne de l’autre pour en tirer le meilleur accord. Je pense que si la cour d’appel confirme la décision et envoie Timoshenko en prison, alors Ianoukovitch va se tourner vers l’union avec la Russie et demander comme récompense des prix plus bas pour le gaz.
L’alternative est que Ianoukovitch ne bouge pas et attende de voir si l’Union signe un accord de marché commun sans demander la libération de Ioulia Timoshenko.

Euronews :
Selon la loi ukrainienne l’appel doit être interjeté avant quinze jours. Est-il possible que la sentence soit modifiée ?

Vadim Karasyov :
Cela dépendra de la façon dont réagira l’Union européenne, si Bruxelles arrive à convaincre Ianoukovitch de faire marche arrière. Dans la négative, si Timoshenko reste en prison, il restera un grand point d’interrogation sur la politique extérieure ukrainienne et les choix européens du pays”.

Euronews :
Cette décision va t-elle influer sur le dossier du gaz entre l’Ukraine, l’UE et la Russie ?

Vadim Karasyov :
Elle va jouer sur tous les aspects des rapports entre les trois. Mais si Timoshenko reste derrière des barreaux, l’Ukraine sera isolée quels que soient ses problèmes de gaz avec la Russie. Le système d’oléoducs ukrainien pourrait être divisé entre l’Ukraine et la Russie.
Mais il ne s’agit pas que du gaz. Il s’agit aussi d‘égalité, d’une relation d‘égal à égal entre Kiev et Moscou, et de la plus ou moins grande intégration de l’Ukraine dans le projet eurasien de Poutine, qu’il n’a présenté que la semaine dernière.