DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Naufrage du Rena : le pire reste à venir

Vous lisez:

Naufrage du Rena : le pire reste à venir

Taille du texte Aa Aa

“Cet événement a pris une telle ampleur qu’il s’agit de la pire catastrophe écologique maritime qu’ait connu la Nouvelle Zélande.” Les mots du ministre néo-zélandais de l’Environnement Nick Smith ne laissent pas la moindre place au doute. Echoué mercredi sur le récif Astrolabe, au large de Tauranga, le principal port de l‘île du nord, le porte-conteneurs Rena risque de ne pas résister à la tempête qui traverse actuellement la région. Tempête qui a entraîné l‘évacuation des équipes de secours à bord.

“Tout est à la mercie de la mer, et comme il n’y a plus personne à bord pour le moment, qu’il fait noir, il ne peuvent pas voir ce qui se passe, raconte Andrew MacRae, journaliste néo-zélandais joint par téléphone. Aussi, il y a le carburant dans les cuves. Il y a deux jours, une barge a commencé le pompage des 1 700 tonnes de carburant, mais ils ont immédiatement rencontré des problèmes, et quelque chose comme 11 tonnes à peine ont pu être récupérées. Et quand il pourront renvoyer la barge là-bas, ce qui dépend de la météo, il faudra probablement 24 à 48 heures avant qu’ils puissent commencer à pomper le carburant.”

Bien qu’une seule cuve fuie, le Rena a déjà déversé plus de 300 tonnes de carburant dans ces eaux qui abritent une faune et une flore à la richesse incomparable. Les premières galettes de pétrole ont touché la côte lundi. Les habitants se mobilisent pour défendre les plages face aux “méduses noires”.

“Certains de ceux qui sont venus du monde entier et qui ont vu cet endroit ont dit qu’il s’agissait d’un des plus beaux sites qu’ils aient jamais vu, raconte Barry Connolly, pêcheur. Donc oui, je ne sais pas si je peux dire ça à l’antenne mais tout le monde ici est en rogne.”

Les autorités n’ont pas encore établi la cause de l’accident. Mais le syndicat maritime néo-zélandais affirme avoir décelé des erreurs sur les cartes du Rena lors d’un contrôle effectué fin septembre.