DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine : Ioulia Timochenko, un parcours entre ombres et lumière

Vous lisez:

Ukraine : Ioulia Timochenko, un parcours entre ombres et lumière

Taille du texte Aa Aa

Sept ans de prison, l‘équivalent de 140 millions d’euros d’amende. Ioulia Timochenko s’est vue infliger la peine maximale pour abus de pouvoir en relation avec les accords sur les importations de gaz russe conclus lorsqu’elle était à la tête du gouvernement ukrainien. Un jugement qu’elle a bien l’intention de contester devant la justice européenne.

Toujours parée de sa natte traditionnelle, Ioulia Timochenko a les nerfs solides, se soumettre n’est pas son genre. Charismatique, controversée, cette femme d’affaires et femme politique ne laisse personne indifférent. Il faut dire que son parcours est parsemé de zones d’ombre. En 2001 déjà, elle avait fait un mois de prison. A la tête du monopole d’importation du gaz russe, elle avait été mise en cause dans une affaire de contrebande liée au paiement de cette source d‘énergie cruciale.

Dans les coulisses du pouvoir depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991, c’est fin 2004 avec la Révolution Orange qu’elle est propulsée star de la politique. Passée à l’opposition, elle rejoint Viktor Iouchtchenko à la tête de la révolte pacifique qui débouche sur l’invalidation pour fraudes de la victoire dans la présidentielle du candidat pro-russe Viktor Ianoukovitch.

Finalement, suite au succès de cette Révolution Orange, le nouveau chef de l’Etat Viktor Iouchtchenko la nomme Premier ministre. Elle y restera moins de huit mois. Le temps pour les deux dirigeants de s’entre-déchirer à coups d’accusations de corruption.

Après réconciliation, Timochenko redevient Premier ministre en 2007. C’est elle, fin 2008, qui doit gérer la crise du gaz avec la Russie. Ingénieur-économiste de formation, habituée à évoluer dans un univers masculin, Ioulia Timochenko négocie avec Vladimir Poutine des accords gaziers. Accords qui mettent un terme au contentieux entre Kiev et Moscou, mais qui, jugés défavorables à l’Ukraine, lui valent aujourd’hui cette lourde condamnation.