DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Course contre la montre en Nouvelle Zélande

Vous lisez:

Course contre la montre en Nouvelle Zélande

Taille du texte Aa Aa

Les autorités redoublent d’efforts pour tenter de vider les cuves de fioul du Rena, le porte-conteneur échoué depuis le 5 octobre dernier en baie de Plenty, avant la rupture très vraisemblable de sa coque. 1700 tonnes de pétrole pourraient alors s‘échapper.

Pour la première fois des images ont été tournées à bord du bâteau. Des fractures supplémentaires sont apparues sous l’effet notamment de la houle.

“Avant le mauvais temps était une gêne, désormais c’est différent. Nous agissons et peu importe les conditions météo, nous devons agir vite”, explique le chef des opérations.

Indice aggravant, des dizaines de conteneurs dont plusieurs renfermants des produits dangereux sont tombés en mer et commencent à arriver sur les plages déjà souillées chariant sur leur passage des cadavres d’oiseaux.

Un navire dôté d’une grue est en route depuis Singapour pour enlever les conteneurs encore présents sur le Rena.

La pollution maritime pourrait devenir la pire catastrophe écologique dans l’histoire du pays.

Malgré les opérations de pompage, 300 tonnes de fioul se sont déjà déversées en mer et sur les plages qui ont perdu leur image de carte postale.

Le propriétaire du bâteau pollueur a présenté ses excuses aux néo-zélandais. Son capitaine et son second seront jugés sous haute sécurité le 19 octobre pour navigation dangereuse.

En attendant, la marée noire fait lentement mais surement son travail de sape sur la faune et la flore. Pour les néo-zélandais, une seule urgence, l’appel aux volontaires pour tenter de sauver ce qui peut l‘être.