Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • Croissance économique aux Etats-Unis plus forte que prévu au troisième trimestre : +3,5% – AFP
  • Burkina Faso : face-à-face entre armée et manifestants aux abords de la présidence (AFP)
  • Burkina Faso : mairie et siège du parti présidentiel incendiés à Bobo Dioulasso, la 2e ville du pays (témoins via AFP)
  • Burkina Faso : un mort dans les manifestations à Ouagadougou (journaliste AFP)
  • Burkina Faso: Des coups de feu sont entendus à Ouagadougou à proximité du palais présidentiel (Reuters)
  • Sept militaires ukrainiens tués dans l’Est de l’Ukraine (Kiev)
  • Burkina Faso : l’Assemblée nationale incendiée par les manifestants (AFP)

Deux semaines après sa confrontation avec Tristane Banon, Dominique Strauss-Kahn s’estime “blanchi”. La plainte de la romancière française a été classée sans suite par le parquet de Paris. La justice a estimé qu’il n’y avait pas eu tentative de viol, en revanche elle a reconnu une agression sexuelle mais les faits qui remontent à 2003, sont aujourd’hui préscrits.

“Il n’y avait rien qui établissait que les faits que décrits madame Banon se soient passés comme elle le dit, et donc ce sont des faits imaginaires”, clame Henri Leclerc, avocat de DSK.

Sa version des faits, la romancière la relate dans “Le bal des hypocrites”, une autofiction parue le jour même de l’annonce du Parquet. Pour l’avocat de Tristane Banon, David Koubbi, même s’il échappe à une condamnation, DSK a été reconnu comme un agresseur.

“Le parquet reconnaît de façon très claire que DSK est un agresseur sexuel. Et donc si Tristane Banon avait déposé plainte pour les mêmes faits aux alentours de 2005-2006, Mr Dominique Strauss-Kahn aurait été jugé et condamné”.

Aux Etats-Unis, ce dernier a bénéficié de l’abandon des poursuites pénales pour viol intentée par la femme de chambre Nafissatou Diallo, mais il reste l’objet d’une procédure au civil.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :