DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Viktor Bout, un trafiquant d'armes sans tabou

Vous lisez:

Viktor Bout, un trafiquant d'armes sans tabou

Taille du texte Aa Aa

C’est le constat dressé par l’accusation qui a recensé la liste impressionantes des missiles, fusils d’assaut et munitions qu’il aurait été prêt à vendre pour tuer des américains.

Viktor Bout, de nationalité russe, est jugé devant un tribunal fédéral à New York. Celui que l’on surnomme le “marchand de mort” a clamé son innocence.

Les faits sont pourtant accablants. Il a été arrêté en 2008 en Thaïlande après une traque digne d’un James Bond. Ecoutes et filatures en tout genres par des agents spéciaux américains qui ont réussi à le faire tomber en se faisant passer pour de faux émissaires des FARC colombiens qui souhaitaient lui acheter tout un arsenal.

Pour John C. Coffee, de la faculté de droit de l’Université de Columbia à New York (CLS), la défense de Viktor Bout n’adopte pas la bonne stratégie :

“Plus il se présentera comme un marchand d’armes et moins il aura les faveurs du jury. Ce n’est pas judicieux de dire à un jury : “je suis l’un des plus gros revendeurs d’armes dans le monde et je peux vous dire que toutes mes activités comportent de la corruption tant aux Etats-Unis qu’en Russie. C’est intéressant mais ca va sans doute conforter le jury qui pense sans doute que cet homme mérite d’aller en prison”, estime cet expert judiciaire américain.

Viktor Bout est également accusé d’avoir constitué une flotte d’avions-cargo pour vendre des armes en Afrique, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient.

Il risque entre 25 ans de prison et la détention à perpétuité.