DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ETA entendra-t-elle l'appel de Saint Sébastien?

Vous lisez:

L'ETA entendra-t-elle l'appel de Saint Sébastien?

Taille du texte Aa Aa

Une conférence internationale pour trouver une solution au conflit basque. C’est à l’iniative de la gauche abertzale qu’une brochette de personnalités et des responsables de partis politiques espagnols se sont réunis pendant trois jours à Saint Sébastien, au pays basque espagnol. Parmi elles, Kofi Annan, ancien secrétaire générale de l’ONU, Gerry adams, le président du Sinn Féin, ou encore l’ancien Premier Ministre irlandais Bertie Ahern:

“Nous appelons l’ETA à déclarer publiquement l’arrêt définitif de toute action armée et à reprendre le dialogue avec les gouvernements espagnols et français pour parler exclusivement des conséquences du conflit.”

Le gouvernement espagnol ne participait pas à la conférence. Et cette déclaration reste en deçà de ses exigences puisque Madrid réclame la dissoultion pure et simple du groupe armé, sans négociation, après 40 ans de terrorisme.

Des familles de victimes de l’organisation indépendantiste ont dénoncé le fait de ne pas avoir été invitées.

Consuelo Ordonez, la soeur d’une victime de l’ETA, a critiqué l’initiative:

“Ces personnes qui sont venues d’Angleterre, d’Afrique du Sud, de France, d’Allemagne, etc… elles ne doivent rien comprendre de l’histoire récente de ce pays, une histoire de terreur d’un pays où certains tuent et où nous sommes assassinés, où nous ne faisons qu’aligner les morts”.

Les familles de victimes ont distribué le livre “Vidas rotas” qui relatent la mort des 857 victimes de l’ETA aux participants de la conférence. La première victime de l’ETA était un bébé âgé de deux mois.