DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

ETA : pour les indépendantistes, la lutte ne se termine pas avec la fin de la violence

Vous lisez:

ETA : pour les indépendantistes, la lutte ne se termine pas avec la fin de la violence

Taille du texte Aa Aa

La lutte armée est terminée, mais le conflit ne l’est pas pour les indépendantistes basques. Après l’annonce par l’ETA de la fin de la violence, les militants espèrent que la bataille se poursuivra politiquement.

L’annonce ouvre la voie à une percée électorale de la gauche indépendantiste issue de Batasuna, le bras politique interdit de l’ETA, déjà deuxième force politique au Pays basque.

“On fait un appel aux gouvernements de Zapatero et Sarkozy pour qu’ils répondent, sans tarder, à cette opportunité historique avec responsabilité, vision, en adoptant les mesures qui correspondent”, explique Maribi Ugarteburu, porte-parole de la gauche indépendantiste basque.

Paris a promis de continuer à soutenir sans faille l’Espagne dans ses efforts pour assurer une paix définitive au Pays basque.

“Nous on veut qu’une fois pour toutes, ce qui a été historiquement l’origine du conflit politique disparaisse, rajoute Rufi Etxeberria, un ex-Batasuna. Et l’origine du conflit politique a été la non-reconnaissance nationale de notre pays, la non-reconnaissance de ses droits universellement reconnus comme le droit à décider.”

“Le dialogue est la négociation avec l’ETA voici les thèses privilégiées par la gauche indépendantiste dans sa première réaction au communiqué de l’ETA, constate notre envoyé spécial à San Sebastian, Javier Villagarcia, des thèses que ne partagent ni le gouvernement espagnol ni le gouvernement français, ce qui complique la résolution du conflit basque”.