DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Galiléo : le système européen de navigation par satellites

Vous lisez:

Galiléo : le système européen de navigation par satellites

Taille du texte Aa Aa

Avec Galiléo, l’Union européenne met en place son propre système de géolocalisation. Grâce à une constellation de satellites plus dense et une orbite plus élevée, les concepteurs de Galiléo affirment pouvoir fournir de meilleures performances que le GPS américain. Pour autant, l’astrophysicien Dirk Frimout atténue l’aspect compétition entre ces différents systèmes : “On a bien sûr le GPS des Etats-Unis mais c’est bien d’avoir plus de systèmes pour avoir plus de fiabilité. Et comme il y a tellement d’applications, cela va être plutôt complémentaire que de la compétition entre les deux.”

Le programme Galiléo, dont le coût avoisine les cinq milliards d’euros, est entièrement financé par la Commission européenne. Et c’est l’Agence spatiale européenne (ESA) qui est chargée de sa mise en oeuvre.

Les deux prochains satellites seront lancés au premier semestre 2012. Alors commencera la phase dite de “validation en orbite”, une étape essentielle pour tester les moyens opérationnels de Galiléo.

“Le système pour être opérationnel doit comporter un minimum de 18 satellites, explique le Docteur Pascale Defraigne de l’Observatoire Royal de Belgique. Donc avec deux satellites le système n’est pas encore complètement opérationnel mais les signaux seront déjà utilisés. Maintenant on entre dans la phase de validation.”

Au rythme de deux satellites lancés tous les six mois, Galiléo devrait être opérationnel à partir de 2014. La flotte définitive de 30 satellites offrira d’innombrables champs d’application : transports, travaux publics, opérations de secours et de sauvetage, ou plus simplement associé aux smartphones dans la vie de tous les jours. Un marché estimé à 90 milliards d’euros d’ici à 2030.