DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un marathon s'engage pour sauver la zone euro

Vous lisez:

Un marathon s'engage pour sauver la zone euro

Taille du texte Aa Aa

Le compte à rebours pour la sauvetage de la zone euro a démarré. Les 17 pays de l’Union monétaire ont commencé à se réunir à la veille d’une rencontre du couple franco-allemand prévue ce samedi, et en vue du sommet européen de dimanche. Pour le moment, les discussions sont toujours dans l’impasse. D’où cette sortie très remarquée du président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

“L’impact à l’extérieur est désastreux pour l’Europe. Nous ne donnons pas vraiment l’exemple d’un leadership qui fonctionne bien. Il nous faut trouver un accord dans un délai raisonnable pour projeter une image positive au reste du monde.”

Paris et Berlin ne parviennent toujours pas à s’entendre sur les modalités d’un renfort du Fonds de soutien européen, essentiel pour éviter une contagion en Italie et en Espagne notamment. Pour Wolfgang Schäuble, ministre allemand des finances, la situation est très “sérieuse”. D’où la nécessité, selon lui, de convoquer un second sommet.

“Nous aurons besoin d’un autre sommet la semaine prochaine, car la loi allemande stipule que l’usage des instruments du mécanisme de stabilité étendu doit au préalable être approuvé par le comité budgétaire du parlement allemand.”

Signe de ces discordes persistantes, aucun accord n’est intervenu pour le moment quant à l’octroi d’une nouvelle tranche de prêt à Athènes, pour lui permettre d‘éviter la banqueroute. Autre sujet de discorde : celui de la possible recapitalisation des banques. Christine Lagarde, la patronne du FMI, peine pour le moment à dissiper toutes ces tensions.

“Trouver autant que possible des voies, des compromis, c’est finalement à cela que se résume cette réunion de l’eurogroupe, explique Audrey Tilve, correspondante d’euronews à Bruxelles. Signe qu’il ne faut rien attendre de décisif, rares sont les participants qui on prévu ce soir de parler à la presse. À Bruxelles, Audrey Tilve pour Euronews”.