DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections suisses : recul de la droite populiste

Vous lisez:

Elections suisses : recul de la droite populiste

Taille du texte Aa Aa

En Suisse, les membres du parti des Verts libéraux ont de quoi se réjouir : cette formation relativement nouvelle sur l‘échiquier politique a réalisé une nette percée lors des élections fédérales de ce dimanche. L’autre poussée électorale est le fait du Parti Bourgeois-Démocratique (PBD). Certes, ces deux formations sont loin d’arriver en tête, mais leur progression coïncide avec le recul des autres groupes politiques.

Car l’autre enseignement de cette soirée, c’est justement le recul de l’UDC, le parti proche de l’extrême droite recueille près de 25% des suffrages. C’est la fin d’une progression continue enregistrée depuis une dizaine d’années.

Un de ses ténors, Christoph Blocher pourrait d’ailleurs ne pas décrocher le siège de sénateur qu’il convoitait. “On ne peut pas toujours gagner, a-t-il reconnu. Notre but était 30%, on n’y est pas arrivé, c’est clair”.

Cela dit, l’UDC reste la première force politique du pays, devant le Parti socialiste. Christian Levrat est le chef du PS. “Notre objectif était de progresser d’au moins un siège, dit-il. Si on y arrive, alors, ce sera bien !”

Arrivé troisième de ce scrutin, le parti radical libéral (PLR), qui enregistre un léger recul par rapport aux élections de 2007. “Malheureusement, nous avons perdu des sièges, et nous faisons un pourcentage moins bon, constate Fulvio Pelli, le leader de ce parti. Les sondages l’avaient prédit. Mais nous sommes toujours le 3ème parti du pays”.

La prochaine échéance est le 14 décembre. Les nouveaux parlementaires devront élire les sept membres du gouvernement fédéral, ce qui risque de donner lieu à d’intenses tractations entre les partis politiques dans les prochaines semaines.