DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sommet crucial pour la Grèce et la zone Euro

Vous lisez:

Sommet crucial pour la Grèce et la zone Euro

Taille du texte Aa Aa

Les réunions se succèdent pour sortir de la crise de la zone Euro. Après la réunion des ministres des finances qui a eu lieu vendredi et samedi, les chefs d‘État se retrouvent aujourd’hui à Bruxelles. Suivra ensuite une réunion au niveau des chefs de gouvernement de la zone Euro, et mercredi un nouveau sommet se tiendra à 17.
 
Les dirigeants européens se concentrent aujourd’hui sur le second plan d’aide à Athènes. Ils avaient promis 109 milliards d’Euros de prêts publics, mais ce chiffre devrait être revu à la hausse aujourd’hui. Cela impliquera donc une contribution plus importante du secteur bancaire. Il sera question également du renforcement du fonds de soutien européen, un outil mis en place pour venir en aide aux pays en difficulté. Le tandem franco-allemand est très divisé sur le sujet. Paris veut transformer ce fonds en une banque. Berlin s’oppose à cette option. La chancelière allemande et le Président français ont d’ailleurs essayé d’accorder leur violon hier en soirée en amont du sommet. Rien a filtré de leur rencontre.

Dernier sujet au menu des discussion aujourd’hui, la recapitalisation des banques. L’Europe préconise de relever le ratio des fonds propres des établissements bancaires. Cette recapitalisation des banques est nécessaire pour faire face à un risque de défaut de paiement de la Grèce, mais pas uniquement selon l’expert en finance Sony Kapoor, pour qui, la question de la recapitalisation des banques n’est pas seulement liée à la question grecque. Selon lui “les bons d‘État de l’ensemble des pays sont mis à mal. La Grèce, l’Irlande, l’Espagne et l’Italie doivent faire face à des cours très bas sur les marchés”.
Samedi, les ministres de Finances de la zone Euro sont parvenus à un accord sur la recapitalisation mais il reste à convaincre le secteur bancaire.
 
Aucune décision importante n’est attendue aujourd’hui selon la chancelière allemande. Pas dit que ce suspens soit du goût des marchés.