DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lâcher de zombies à Lyon

Vous lisez:

Lâcher de zombies à Lyon

Taille du texte Aa Aa

Il y a foule sur l’esplanade de la Grande Côte à Lyon, et pour cause. La place est connue pour son panorama mais ce samedi 23 octobre les touristes y sont introuvables… Entre entre 600 et 700 personnes ont élu domicile sur cette croisette de l’horreur. Bouchers sanguinolents, poupées vaudou humaines, figurines cauchemardesques dégingandées, toutes les images-type de l’horreur sont réunies… et tout ça pour le fun : c’est la Zombie Pride, ou Marche Zombie, avec pour thème de cette 5ème édition, le Vaudou.

La Zombie Pride, nous explique Julien Pouget, de l’association organisatrice AOA, consiste à “réunir un certain nombre de personnes au même endroit, déguisées ou maquillées en zombies, pour marcher ensemble d’un point A à un point B”. Il ne semble pas y avoir réellement de point d’origine à ce phénomène né aux Etats-Unis, même si on en situe le début aux alentours de 2001 (la première manifestation française a été organisée à Lyon). On pense aussi au revival des films de zombie au cinéma dans la même période, aux comics… Et puis « il y a un petit côté Halloween ou carnaval un peu différent, en amenant un genre cinématographique dans la rue ».

"Qui veut du faux sang ?"

On n’a pas de quoi s’ennuyer les yeux dans cette foule bariolée et plutôt hétéroclite qui se presse en attendant le départ de la grande dévalade des pentes de la Croix-Rousse. Sous un grand marabout, une vingtaine de maquilleurs s’affairent à fabriquer des zombies en une vingtaine de minutes chrono. Mélanie, maquilleuse professionnelle, vient ici pour “garder la main” : “fabriquer un zombie c’est assez rapide. La base c’est évidemment le teint blanc, puis on creuse au fard gras. On peut ajouter de mini prothèses à base de coton, de sopalin, ou encore de latex. Et puis, le plus important, c’est le faux sang. Alors là il y en a de toutes les sortes et de toutes les textures : coagulé, liquide, semi-liquide, en gel etc.”

"On se croirait à l’intérieur d’un film"

Et la horde s’élance, guidée par le formidable Baron Samedi, titubant dans les rues à la recherche de chair fraîche – pas de problème, les organisateurs avaient prévu vraies fausses victimes et attaque de voiture. Une horde “comme dans un film”, s’enthousiasme Mario dont c’est la première Zombie Pride : “je viens pour me dépayser un peu et ça marche ! On entre dans un univers tout à fait inhabituel le temps d’un après-midi”.

En fait, l’ambiance est plutôt bon enfant, et si la moyenne d’âge tourne autour de la vingtaine, on croise aussi des mamans et leurs enfants, souvent hilares dans leurs tentatives de mimer le mort-vivant lambda ou de pousser des grognements d’outre-tombe. Finalement, à part quelques figures superbement grimées on oublie vite le thème du vaudou pour croiser des zombies qui n’en ont fait qu’à leur tête : policier, infirmières, Blanche Neige…

Après avoir dansé un peu devant l’église de scientologie et amusé les nombreux badauds, nos zombies du samedi se sont égayés sur la place des Terreaux à Lyon avant d’aller boire une bière ou de rentrer tranquillement chez eux reprendre, on l’imagine, une activité normale.