DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'UE et l'Ukraine croisent le fer sur l'affaire Timochenko

Vous lisez:

L'UE et l'Ukraine croisent le fer sur l'affaire Timochenko

Taille du texte Aa Aa

Les procès Timochenko empoisonnent les relations entre l’Ukraine et l’Union européenne.
 
Condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir, l’ancienne Première ministre ukrainienne a fait appel. Son avocat, Sergiy Vlasenko dénonce une vendetta politique et prend les 27 à témoins.
 
“L’Union européenne a reconnu maintes fois que ces procès étaient politiques, une tentative de criminaliser des décisions politiques normales prises par la Première ministre ukrainienne. Nous ne nous attendons pas non plus à obtenir justice en Cour d’appel,” a-t-il déclaré en sortant du tribunal.
 
Ioulia Timochenko a depuis été inculpée pour détournement de fonds dans une autre affaire. Ses partisans soupçonnent le président Ianoukovitch d’influencer les juges pour écarter sa principale opposante de la scène politique. Ils le soupçonnent par ailleurs d’avoir un agenda international secret.
 
“Derrière les discours politiques officiels sur la volonté de l’Ukraine d’entrer dans l’Union européenne, certaines décisions sont en train d‘être prises pour entraîner l’Ukraine vers une union douanière puis une adhésion à la Communauté économique eurasienne, dans le giron russe,” affirme le député Viktor Shvets.
 
En signe de protestation, l’Union européenne a annulé les négociations du 20 octobre sur un accord d’association avec le président Ianoukovitch. Ce dernier a rétorqué qu’il n’irait pas mendier à Bruxelles.
 
“Nous ne voulons pas juger prématurément”, nuance l’ambassadeur de l’UE à Kiev, José Manuel Pinto Teixeira. “Mais pour ce qui est des nouvelles poursuites contre Ioulia Timochenko, il est inquiétant de voir que Kiev ne fait aucun cas des préoccupations exprimées par l’Union européenne.”
 
Les négociations sur l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine se poursuivent en dépit des derniers rebondissements dans l’affaire Timochenko. Mais le doute plane quant à la réelle volonté du président Ianoukovitch et de son entourage de se rapprocher des 27.