DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quelle charia pour la Libye ?

Vous lisez:

Quelle charia pour la Libye ?

Taille du texte Aa Aa

La charia en Libye suscite des inquiétudes, l’islamologue et chercheur au CNRS, Eric Chaumont, répond à nos questions :

Laurence Alexandrowicz, euronews :
“Eric Chaumont, les nouvelles autorités libyennes ont déclaré qu’elles allaient imposer la charia. En quelques mots, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste la charia ?”

Eric Chaumont :
“Il y a beaucoup de malentendus en ce moment à ce propos. La charia c’est littéralement la voie, c’est à dire aussi la loi, qui est révélée par Dieu dans le Coran et qui s’impose à tout musulman. L’ambiguïté c’est que la charia n’a jamais été appliquée nulle part dans le monde. Ce qui est appliqué ce sont différentes compréhensions de la charia donc ce qu’on appelle des droits musulmans, el-fiqh, des compréhensions de la loi, qui sont plus ou moins rigoureuses.”

euronews :
“Doit-on s’attendre à une charia très conservatrice sur le modèle saoudien, ou soudanais ?”

Eric Chaumont :
“Certainement pas, en Arabie Saoudite le droit qui est appliqué est de droit qu’on dit “hanbalite”, c’est une des quatre écoles de compréhension de la charia, et c’est la plus rigoureuse de toutes, or la Libye est de tradition “malékite”, qui est une école plus souple.”

euronews :
“Cette loi islamique sera-t-elle une régression, pour le droit des femmes notamment ?”

Eric Chaumont :
“Selon les critères occidentaux c’est une certitude. Le droit musulman, de quelque obédience qu’il soit, est un droit qui n’est pas favorable à la condition féminine sur le plan du statut personnel, le droit successoral, etc… Et en règle générale c’est un droit qui met la femme sous la soumission de l’homme.”

euronews :
“En imposant la charia, la Libye rompt-elle avec le régime Kadhafi ? Il y avait quand même la charia sous ce régime.”

Eric Chaumont :
“Je ne pense pas que les autorités libyennes ont dit qu’elles allaient imposer la charia. Ce qui a été dit c’est que dans la constitution il serait inscrit que la charia sera l’une, ou la source du droit. C’est différent, ça ne veut pas du tout dire que la charia sera appliquée, et je fais un parallèle avec l’Egypte ; déjà à l‘époque de Sadate, sous la pression de l’islam politique, il a été écrit dans la constitution égyptienne que la charia était l’une des sources du droit, ensuite ça a évolué, c’est devenu la source principale du droit et finalement la seule source du droit. En réalité le droit positif lui-même n’en a pas été affecté et le droit qui est appliqué en Egypte reste aujourd’hui reste aujourd’hui un droit qui s’inspire du code Napoléon.

euronews :
“La Tunisie vient de voter pour ses premières élections post Ben Ali et les islamistes sont en tête. Faut-il craindre, pour tous ces pays qui se libèrent, un scénario à l’iranienne ?”

Eric Chaumont :
“A l’iranienne certainement pas, pour deux raisons : la révolution iranienne ne fait plus rêver personne dans le monde arabo-musulman en raison de ses échecs qui sont patents d’un point de vue social, etc… Deuxièmement, il ne faut pas oublier que l’Iran est un pays de tradition chiite, or ce qui sépare le chiisme du sunnisme c’est essentiellement la question politique, donc il est très peu probable d’avoir un scénario à l’iranienne.”

> La Libye à l’heure de la charia