DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris et Berlin menacent de suspendre l'aide à la Grèce

Vous lisez:

Paris et Berlin menacent de suspendre l'aide à la Grèce

Taille du texte Aa Aa

Athènes ne pourra continuer à recevoir une aide que si elle accepte le plan de sauvetage européen du 27 octobre.

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se sont entretenus en urgence avec George Papandréou à Cannes, en prélude du sommet du G20, après la décision surprise du chef du gouvernement grec d’organiser un référendum qui a semé la panique sur les marchés et dans une zone euro déjà en crise.

“Les européens, comme le FMI, ne pourront envisager la 6ème tranche du programme d’aide à la Grèce que lorsque la Grèce aura adopté l’ensemble du paquet du 27 octobre et que toute incertitude sur l’issue du référendum aura été levée”, déclare le président français.

Angela Merkel a rappelé l’objectif numéro 1 des européens : “celui de conserver un euro stable dans le meilleur des cas avec Athènes, sinon sans elle. L’euro doit être préservé comme une monnaie forte, c’est notre tâche la plus importante”.

Concernant le référendum, les deux dirigeants ont solennellement demandé à George Papandréou de l’organiser au plus vite, si possible le 4 ou le 5 décembre en accord avec toute la classe politique grecque, autrement dit avec une unité nationale qui reste à trouver.

Un référendum qui doit porter selon Berlin et Paris sur la volonté de la Grèce de continuer à appartenir ou non à la zone euro. Une adhésion que la France et l’Allemagne souhaitent défendre avec vigueur mais que les Grecs doivent aussi vouloir, selon Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.