DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il était une fois en Anatolie...

Vous lisez:

Il était une fois en Anatolie...

Taille du texte Aa Aa

Au coeur des steppes, un meurtrier tente de guider une équipe de policiers vers l’endroit où il a enterré le corps de sa victime.

Le thriller de Nuri Bilge Ceylan a déjà remporté le Grand Prix du jury du festival de Cannes, et il est en compétition pour l’Oscar du meilleur film étranger.

Lors de son passage à Cannes, le réalisateur turc racontait les difficultés qu’il a eu à faire ce film:

“Cette histoire se déroule sur 12 heures. Dans le film, nous avons raccourci en deux heures et demie. Donc il fallait faire très attention aux détails. C‘était vraiment pas évident d‘écrire le scénario.”

Les premières 90 minutes du film se déroulent en pleine nuit. Une plongée dans l’obscurité, qui relate la recherche du corps du la victime.

Ce n’est qu‘à l’aube que la vérité éclatera au grand jour.

“Je voulais que le public ressente la même chose que les personnages, perdus dans l’obscurité.” explique le réalisateur. “J’y ai beaucoup pensé pendant le montage. La recherche dure très longtemps mais c‘était voulu. Je voulais qu’il y ait un côté un peu ennuyeux, fastidieux, pénible, vous voyez.”

Plus qu’une enquête policière, il s’agit d’un voyage existentialiste et spirituel. Le réalisateur insiste sur les détails et la monotonie du quotidien.

Le film alterne des plans fixes et de longs plans séquences, avec des silences parfois angoissants.

Nuri Bilge Ceylan a déjà remporté le prix de la mise en scène à Cannes en 2008 pour Les Trois Singes.

Il était une fois en Anatolie est sorti cette semaine en France.