DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un G20 en demi-teinte pour cause de crise de la dette

Vous lisez:

Un G20 en demi-teinte pour cause de crise de la dette

Taille du texte Aa Aa

Le G20 de Cannes a épinglé 11 paradis fiscaux, annoncé qu’il est d’accord pour augmenter les ressources du FMI, évoqué la taxe sur les transactions financières, affiné son fonctionnement, soutenu 11 grands projets d’infrastructures dans le monde,…,mais il a surtout été marqué par la crise de la zone euro et les rebondissements en Grèce.

Le président américain Barack Obama a néanmoins clôturé ces deux jours de brainstorming économique mondial avec une note d’optimisme:

“Les événements de ces dernières 24 heures en Grèce ont souligné l’importance de la mise en oeuvre du plan d’aide aussi rapidement que possible. Je suis confiant, l’Europe a les capacités de relever le défi. Je sais que ce n’est pas facile, mais ce qui est absolument crucial, ce dont le monde a besoin dans de tels moments, c’est d’action.”

Juste avant, le président français, Nicolas Sarkozy, hôte de la rencontre, a dit son souhait de voir mise en place une taxe sur les transactions financières dans les pays de l’Union européenne dès l’année 2012:

“Nous considérons moralement comme absolument indispensable que les peuples du monde sachent que les acteurs financiers qui ont conduit le monde dans les travers que nous connaissons seront amenés à contribuer financièrement à la réparation des dégâts qui ont été créés. C’est ça l’objet de la taxe sur les transactions financières”.

Les revenus de cette taxe seraient dédiés aux pays en développement.

“De nouvelles idées pour un nouveau monde. La présidence française du G20 avait de grandes ambitions. Au final, peu d’entre elles seront concrétisées. Il faut dire que l’agenda a été bousculé par d’anciens problèmes… On a donc vu l’influence de la Chine augmenter aux dépens des Etats-Unis. Nous verrons à quoi ressemblera le monde lors du prochain sommet du G20, en 2012 à Mexico” a conclu notre envoyé spécial à Cannes, Stefan Grobe.