DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye : célébrations de l'Aïd au goût amer à Syrte

Vous lisez:

Libye : célébrations de l'Aïd au goût amer à Syrte

Taille du texte Aa Aa

Syrte, réduite à l‘état de ruine. Dans la ville natale de Mouammar Kadhafi, dernière cité libyenne à avoir libérée, l’heure n’est pas vraiment à la fête en ces célébrations de l’Aïd. Il faut dire que les habitants manquent cruellement de tout, à commencer par l’eau, l‘électricité et surtout le gaz. Difficile dans de telles conditions, de profiter au mieux de ce premier Aïd al-Kebir de l’après-Kadhafi.

“Je n’ai pas vraiment l’impression que ce soit l’Aïd, explique un habitant. C’est une journée on ne peut plus normale, une journée déprimante. On est à mille lieux d’un jour de fête, déplore cet habitant.”

De nombreuses familles sont condamnées à faire l’impasse sur le rituel du sacrifice du mouton.

“Ici, ce n’est pas l’Aïd. Nous n’avons pas de nouveaux vêtements. Rien à donner aux enfants, rien à manger. Nous n’avons pas de gaz pour faire la cuisine. Nous n’avons rien, regrette cette autre.”

A Tripoli la capitale, le tableau semble un peu moins noir, malgré la hausse vertigineuse des prix du mouton. L’année dernière, il se négociait entre 250 euros et 500 euros. Cette année, on est tout simplement passé du simple au double. Et puis l’offre reste moins importante que la demande. L’autre problème, c’est le manque persistant de liquidité au niveau des banques.