DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Silvio Berlusconi : la dernière épreuve

Vous lisez:

Silvio Berlusconi : la dernière épreuve

Taille du texte Aa Aa

Silvio Berlusconi, le visage en sang en 2009, frappé par un opposant à la sortie d’un meeting, une épreuve parmi d’autres pour le cavaliere, qui au fil des ans, a toujours su passer à travers les gouttes de l’adversité.

Lancé dans l’arène politique en 1994, il arrive au pouvoir sur les promesses du miracle économique et d’une nouvelle ère de responsabilité à un électorat usé par des années de corruption et d’instabilité.

Il ne lui aura fallu que quatre mois pour former son nouveau parti, et devenir Premier ministre. Mais les querelles ne sont jamais loin sur la scène politique italienne, premiers couacs judiciaires, et différends en cascade au sein de sa coalition, le gouvernement tombe dès la fin de l’année.

Berlusconi, le milliardaire le plus riche du pays, l’homme d’affaires, et les affaires… Rentré dans l’opposition, le Cavaliere est en prise avec la justice, corruption, fraude fiscale, abus de confiance… Des démélés judiciaires dont il réchappe à chaque fois et qui ne l’empêchent pas de s’imposer comme leader de l’opposition et revenir au pouvoir en 2001 avec la plus forte majorité dans l’histoire du pays.

Sous sa houlette, la présidence italienne de l’Union européenne commencera dans la controverse, quand il compare un député allemand à un commandant de camp nazi. Une énorme gaffe politique, mais il reste encore populaire… Malgré aussi, les affaires de moeurs. C’est notamment l’affaire Ruby, une jeune prostituée mineure à laquelle il a évité la prison pour vol, et dont il se remet malgré les appels à la démission qui se multiplient.

La crise économique, elle, gangrène son assise. Celle-ci se fragilise au cours des derniers mois sur fond de plans d’austérité exigés par les partenaires européens pour éviter la crise de la dette.

Critiqué dans son propre camp, comme dans la rue. Son gouvernement, miné par les divisions et les lâchages en série réussira tout de même à survivre au vote de confiance du parlement au mois d’octobre.

Un ultime sursis pour le cavalière, préambule à cette défaite humiliante.