DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tractations politiques en Grèce

Vous lisez:

Tractations politiques en Grèce

Taille du texte Aa Aa

La Grèce, au bord de la faillite, est aussi en crise politique. Le pays n’a plus de Premier ministre, les tractations politiques qui durent depuis trois jours n’ont toujours pas abouti et si George Papandréou, qui a annoncé ce mercredi sa démission, a aussi promis la formation immédiate d’un gouvernement de transition, les Grecs n’en voient toujours pas la couleur.

Ce dirigeant politique d’extrême droite déclare que “Papandréou et Samaras, le leader de l’opposition, jouent à des jeux tactiques alors que le moment est crucial. Je suis vraiment attristé”, conclut-il.

Beaucoup de Grecs sont exaspérés par la lenteur du processus. Et la communauté internationale n’attend qu’un chose, qu’un gouvernement grec ratifie enfin le plan de sauvetage élaboré par l’Union européenne.

Antonis Samaras jure que son problème “n’est pas de se mettre d’accord sur untel ou untel, mais de débloquer la sixième tranche de l’aide internationale et le plan européen”.

Le président du parlement grec, Filippos Petsalnikos, était pressenti dans la journée pour être le prochain chef du gouvernement. Plusieurs sources, à gauche et à droite, ont promis qu’il serait désigné. Mais de nombreux députés se seraient finalement prononcés contre ce choix.

Et c’est Lucas Papademos, ex-vice-gouverneur de la Banque centrale européenne, qui est d’un coup redevenu favori… Il a même posé ses conditions, ce mercredi soir.

Les négociations doivent reprendre ce jeudi matin au palais de la présidence.