DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La finance : un grand mystère pour les Français

Vous lisez:

La finance : un grand mystère pour les Français

Taille du texte Aa Aa

Calculer un taux d’intérêt, connaitre la signification des mots “obligations” et “actions”, choisir un produit financier… Tout cela semble bien compliqué pour les Français. C’est le constat de l‘étude du Credoc sur les connaissances des Français en matière de “culture financière de base”. Les résultats ont été dévoilés à l’occasion du lancement des Journées de l’économie qui se déroulent à Lyon les 9,10 et 11 novembre. Résultat sans appel : les Français sont complètement perdus !

A la question “Imaginons que vous placiez 100 euros sur un compte rémunéré à 2% par an, combien aurez-vous sur votre compte un an plus tard, une fois les intérêts versés ?“, seuls 51% des personnes interrogées ont répondu correctement (102 euros). Un taux qui place la France en 9e position du classement des pays où l’étude a été menée. “Nous avons été surpris par l’ampleur des mauvaises réponses sur la question des 2% car nous pensions qu’elle était beaucoup trop simple“ a déclaré au Figaro Pascale Micoleau-Marcel, déléguée générale de l’IEFP (Institut pour l‘éducation financière du public, organisme commanditaire de l’étude en partenariat avec l’AMF). Autre illustration de l’ignorance des Français selon le rapport, 17% des interrogés français pensent qu’un patrimoine qui a progressé de 200% a été multiplié par 20.

Pas que des mathématiques…

Serait-ce juste un problème de calcul mathématique ou de connaissances du système financier ? En tout cas, à en croire les chiffres, les lacunes des Français sont importantes et les handicapent au quotidien. Ainsi, si 96% des sondés estiment avoir des connaissances suffisantes pour lire un relevé bancaire, seulement 28% se sentent capables de lire la presse financière. Pour les aider, les Français se tourneraient surtout vers leur banquier. En effet, 69% des interrogés affirment les consulter pour faire leurs choix. Ils se montrent également prêts à combler leurs lacunes en suivant des formations dans leur cadre professionnel.