DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rétromachine : politesses Ibérico-Vénézuéliennes

Vous lisez:

Rétromachine : politesses Ibérico-Vénézuéliennes

Taille du texte Aa Aa

Le 10 novembre 2007, lors du Sommet ibérico-américain à Santiago du Chili, l’incident du "¿Por qué no te callas?" se produit entre le roi d’Espagne Juan Carlos Ier et le président Vénézuélien Hugo Chávez. Alors que ce dernier interrompt plusieurs fois le discours du président espagnol José Luis Zapatero, Juan Carlos Ier s’adresse à lui en ces mots.

Littéralement, “¿Por qué no te callas?” se traduit par “Pourquoi ne te tais-tu pas?” mais dans le contexte, il s’agit plutôt de “Tu vas la fermer, oui?”. Le monarche d’Espagne est irrité par les attaques d’Hugo Chávez envers l’ancien Premier ministre espagnol José Maria Aznar qu’il qualifie de “fasciste”. Suite à ces interventions intempestives, le micro du dirigeant vénézuélien est coupé.

Cette petite phrase fait le tour du monde via les médias et internet. L’incident n’est bénéfique ni à Hugo Chávez – dont le référendum sur les réformes constitutionnelles est rejeté quelques jours plus tard – ni à Juan Carlos Ier dont l’image se dégrade un peu plus. En revanche, il a profité à ceux qui ont exploité les propos du roi pour en faire toutes sortes de produits dérivés (sonneries de téléphone, t-shirts, etc.). L’expression est ensuite rapidement tombée dans le langage commun en guise de salutations.

D’autres 10 novembre: création des Marines américains (1775) ; le poète Arthur Rimbaud meurt d’un cancer (1895) ; l’ONU condamne l’apartheid en Afrique du Sud (1959) ; lancement de l’Ipod par Apple (2001).

Né(e)s un 10 novembre: le réformateur protestant allemand Martin Luther (1483), l’acteur britannique Richard Burton (1925), l’ancien président libanais Bashir Gemayel (1947), le joueur de rugby néo-zélandais Scott Palmer (1977).