DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Triple A français: l'erreur de Standard & Poor's

Vous lisez:

Triple A français: l'erreur de Standard & Poor's

Taille du texte Aa Aa

Paris en colère après l’incroyable erreur de l’agence de notation Standard and Poor’s. En pleine crise de la dette, l’agence de notation a fait savoir à certains de ses abonnés que la France avait perdu son triple A. S’apercevant de sa bourde, “une erreur technique”, elle a ensuite envoyé un communiqué expliquant que cette note était échangée et assortie d’une perspective stable.

Hier soir déjà, Paris avait dû rassurer après la mise en garde de la commission européenne sur son déficit public:

“Nous serons au rendez-vous de ce que nous avons dit: 2013, niveau déficit, d’avant la crise de 2008-2009; 2016: 0% de déficit. On a montré au cours de ce deux dernières années que nous étions en situation de nous adapter et nous montrons, avec le nouveau plan, que nous nous adaptons à nouveau” avait déclaré François Baroin, ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.

A la demande de Paris, l’Autorité des marchés financiers (AMF) a ouvert une enquête sur les causes et les éventuelles conséquences de l’erreur de Standard and Poor’s sur l‘économie française.

Ce triple A permet à la France d’emprunter sur les marchés financiers à un taux optimal et le gouvernement vit dans la hantise de le perdre.

Mi-octobre, l’agence Moody’s avait donné un premier coup de canif au triple A de la France, en annonçant qu’elle se donnait trois mois pour déterminer si la perspective “stable” attachée à la note restait justifiée au vu de la dégradation de la situation économique.

Cette décision a joué un rôle dans la décision du gouvernement français d’annoncer lundi un nouveau plan d’austérité, qui prévoit des économies de 7 milliards d’euros en 2012.