DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des missiles pour les JO ?

Vous lisez:

Des missiles pour les JO ?

Taille du texte Aa Aa

Londres ne prend pas la sécurité des Jeux olympiques de 2012 à la légère, loin de là.

La Grande-Bretagne est prête à déployer des missiles pour protéger les Jeux olympiques de l‘été 2012 contre toute attaque venant du ciel si le besoin s’en faisait sentir.

Cette annonce, faite lundi aux Communes par le ministre de la Défense, Philip Hammond, fait suite à des informations selon lesquelles les Etats-Unis ne seraient pas entièrement satisfaits des mesures de sécurité arrêtées par le pays organisateur à l’occasion du plus grand événement sportif de la planète.

“Toutes les mesures nécessaires visant à garantir la sécurité des JO de Londres seront prises, y compris, si les militaires le recommandent, un système adéquat de défense sol-air”, a dit le ministre.

Si la mesure est prise, ce sera la première fois que des missiles sol-air sont déployés au Royaume-Uni depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a indiqué un porte-parole du ministère de la défense, qui a tenu à préciser qu’aucune
décision n’avait été prise pour le moment.

Selon le quotidien britannique de gauche “The Guardian”, les Américains ont exprimé des inquiétudes quant à la sécurité des Jeux et envisagent de dépêcher un millier d’agents, dont la moitié de policiers du FBI, pour assurer la protection des athlètes et des diplomates américains.

Le coordinateur de la sécurité des JO de Londres, Chris Allison, a rejeté ces informations. “Nous n’avons entendu aucune de ces soi-disant inquiétudes”, a-t-il dit sur les ondes de la BBC en annonçant un déplacement prochain à Washington pour un voyage d’information prévu de longue date.

En 2008, les Chinois avaient déployé à Pékin une batterie de missiles sol-air à un km environ du principal site olympique. Et quatre ans plus tôt, des missiles “Patriot” de conception américaine avaient été disposés autour d’Athènes pour les Olympiades, les premières organisées après les attentats du 11 septembre 2001.

AFP