DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fernando Botero, entre ironie et audace

Vous lisez:

Fernando Botero, entre ironie et audace

Taille du texte Aa Aa

Une scène de danse signée Fernando Botero habille un pan d’immeuble et pimente l’urbanité ambiante.

Meddelin, 2ème ville colombienne et mère patrie du peintre et sculpteur est un véritable musée à ciel ouvert. Au square Botero, les sculptures de bronze imposent en trois dimensions ses personnages callipyges. Vénus voluptueuses et rondeurs harmonieuses semblent ancrées dans le patrimoine local. Le Musée d’Antioquia abrite aujourd’hui plus d’une centaine d’oeuvres de Botero.

Une rétrospective lui est également consacrée en ce moment au Kunstforum, à Vienne. L’occasion de découvrir l’audace du peintre lorsqu’il s’empare de sujets d’actualité. L’exposition intègre les dessins et peintures que lui a inspiré la prison d’Abou Graib. Plongée réaliste dans l’univers carcéral, ses bourreaux et ses souffrances. A voir, à Vienne, jusqu’au 15 janvier 2012.