DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Grèce ne parle plus de rigueur, mais d'ajustement

Vous lisez:

La Grèce ne parle plus de rigueur, mais d'ajustement

Taille du texte Aa Aa

Quel que soit le terme employé, le nouveau Premier ministre socialiste Lucas Papadémos a 100 jours pour convaincre ses alliés conservateurs et d’extrême droite de voter de nouvelles mesures d’austérité.

Le chef du gouvernement d’union nationale estime que “l’importance de la tâche du cabinet est inversement proportionnelle à la durée qui lui a été octroyée. C’est pourquoi nous devons commencer immédiatement et avancer vite”.

Mais le chef de file des conservateurs du parti Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras, a d’ores et déjà prévenu qu’il ne soutiendrait pas l’adoption de nouvelles mesures d’austérité. A l’instar de LAOS, la formation d’extrême droite également membre du gouvernement.

Loin de soutenir ses dirigeants, la population reste sceptique. Yannis travaille dans une librairie. Il tente de mobiliser ses concitoyens pour une manifestation ce jeudi : “Le PASOK, Nouvelle Démocratie et LAOS, leur gouvernement et les banquiers poursuivront et intensifieront leurs attaques barbares contre le peuple, les travailleurs et les jeunes. Il n’y a pas de période de grâce pour ce gouvernement.”

Les manifestants hostiles aux mesures d’austérité se rassembleront jeudi, pour l’anniversaire du soulèvement étudiant qui renversera la junte militaire en 1974.