DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rétromachine : la découverte du LSD


Suisse

Rétromachine : la découverte du LSD

Le 16 novembre 1938 les chimistes suisses Arthur Stoll et Albert Hofmann synthétisent pour la première fois du LSD. Ce puissant psychotrope hallucinogène est en fait un dérivé de l’ergot de seigle à partir duquel les chercheurs espèrent trouver des applications thérapeutiques. Il tient son nom de l’allemand Lysergsäurediethylamid (en français Diéthylamide de l’acide lysergique).

En avril 1943, les deux hommes découvrent accidentellement les effets psychotropes de la molécule. Hofman décide alors de s’auto-administrer une dose. Une fois les effets estompés, il explique avoir ressenti une grande angoisse et l’impression d’être sorti de son corps. Le médecin qui l’examine ne remarque aucun symptôme en dehors d’une dilatation des pupilles. Arthur Stoll et Albert Hofmann déposent le brevet pour le d-LYSERGIC ACID DIETHYLAMIDE en Suisse en 1943 et aux États-Unis en 1948.

Le LSD est d’abord utilisé dans le milieu médical mais il se répand rapidement dans les rues au cours de années 1960-1970. La consommation monte en flèche, encouragée par l’exemple de personnalités artistiques qui la prônent. Elle ne diminue qu’au milieu des années 1970. Face aux ravages qu’il provoque, les autorités de nombreux pays décident ensuite d’en interdire la fabrication, la possession et la consommation.
Aujourd’hui aucun pays n’autorise son utilisation thérapeutique mais d’autres dérivés de l’ergot de seigle, non psychotropes, sont quant-à-eux utilisés.

D’autres 16 novembre: Le Figaro devient quotidien (1866) ; création de l’UNESCO (1945) ; le Parlement ukrainien approuve le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (1994) ; Bill Clinton devient le premier président américain à se rendre au Vietnam depuis la fin de la guerre (2000) ; promulgation de la loi interdisant de fumer dans les lieux publics (2006).

Né(e)s un 16 novembre: la religieuse belge Sœur Emmanuelle (1908), l’entraîneur français du PSG Antoine Kombouaré (1963), le nageur russe Aleksandr Popov (1971).

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

15-M : quelles mesures pour les victimes de la crise?