DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : Pas de réponse officielle à la Ligue arabe

Vous lisez:

Syrie : Pas de réponse officielle à la Ligue arabe

Taille du texte Aa Aa

En Syrie, l’armée a poursuivi ce jeudi la répression des contestataires. Et pourtant, Damas est sous le coup d’un ultimatum de la Ligue arabe, qui a donné au régime jusqu‘à samedi pour cesser les violences, sous peine de sanctions économiques. La Ligue arabe exige de pouvoir envoyer des observateurs pour s’assurer de la sécurité des civils. Jusqu‘à présent, pas de réponse officielle, mais en coulisse, certains laissent entendre que le régime de Bachar Al-Assad pourrait se ranger à cette demande.

En tout cas, l’Europe maintient sa volonté de voir le président Assad quitter le pouvoir. La chef de la diplomatie européenne l’a réaffirmé ce jeudi lors d’une visite à Moscou. Insistant sur la nécessité d’une fin des violences, Catherine Ashton a dit espérer “une évolution des choses dans ce sens dans les prochains jours”.

Dans ce dossier, la Russie fait entendre une voix différente, en accusant l’opposition syrienne de pousser le pays à la guerre civile.

Autre acteur de poids dans la région, la Turquie. Ankara a décidé d’adopter des sanctions pétrolières vis-à-vis de son voisin syrien. Le Premier ministre turc s’en est expliqué ce jeudi. “Certes, a dit Recep Tayyip Erdogan, la Syrie est moins stratégique que la Libye en terme de pétrole, mais je tiens à rappeler que les morts en Syrie méritent qu’on s’en préoccupe autant que les morts en Libye”.

Ce vendredi, l’opposition a encore appelé à une journée de manifestations dans les grandes villes du pays. Mais la contestation semble avoir pris un tour nouveau, avec, en plus des défilés pacifiques, des opérations menées par des militaires dissidents, réunis au sein de ce qu’ils ont appelé “l’Armée syrienne libre”.