DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : la dérive de l'armée inquiète les observateurs

Vous lisez:

Egypte : la dérive de l'armée inquiète les observateurs

Taille du texte Aa Aa

Fin janvier, la population égyptienne acclamait l’armée comme étant celle qui l’avait libérée du règne Moubarak. Dix mois plus tard, elle conteste l’emprise de l’armée sur le pays et l’accuse de ne pas avoir tenu ses promesses de changement. Les explications de l’expert Bichara Khader :

“ La politique de répression a continué après la chute de Moubarak et le Conseil militaire veut instaurer une loi garantissant aux militaires en Egypte une existence similaire à celle d’un Etat dans l’Etat, ce qui est inacceptable. “

Amnesty international dénonce aussi le jugement de civils par un tribunal militaire. La situation pourrait empirer, prévient Philippe Hensmans, du bureau bruxellois de l’ONG :

“ Jusqu‘à présent, on assistait à des événements et à des réactions qui étaient relativement pacifiques. On voit bien que les événements ont tendance à se durcir, que les manifestants ont tendance à se durcir, et ça, c’est le plus grand danger. Que l’on soit entrainé dans une spirale de violence avec des militaires qui n’ont pas l’habitude de gérer pacifiquement comme dans les démocraties des révoltes ou des revendications comme celles-là. “

L’armée s’est engagée à rendre le pouvoir aux civils après l‘élection d’un nouveau président, mais contrairement aux législatives, la date de la présidentielle n’est toujours pas fixée.