DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Nous allons exiger le droit du Pays Basque à décider librement son futur", Jon Inarritu, Amaiur

Vous lisez:

"Nous allons exiger le droit du Pays Basque à décider librement son futur", Jon Inarritu, Amaiur

Taille du texte Aa Aa

Beatriz Beiras, euronews :

“Avec nous depuis San Sebastian, Jon Inarritu député élu de la coalition Amaiur pour la province de Biscaye au Pays Basque.

Selon vous, quel est le message principal des résultats des élections de dimanche en Espagne ?”

Jon Inarritu, député Amaiur :

“Le résultat est totalement différent au niveau national avec une majorité écrasante du PP.

Ici au Pays Basque, la société a choisi d’appuyer une majorité des forces souverainistes.

Pour Amaiur c’est la société qui a valorisé de manière positive l’union des forces souverainistes qui ont donc obtenu un résultat historique, avec dans le cas de la coalition Amaiur 7 députés.”

Beatriz Beiras, euronews :

“Votre coalition, Amaiur, a remporté comme vous le dites un résultat historique, vous pouvez même former un groupe parlementaire. Quel mandat les électeurs vous ont-ils donné pour Madrid ?”

Jon Inarritu, député Amaiur :

“Depuis le tout début, nous savons que notre référence n’est pas Madrid. Notre référence c’est le Pays Basque. Et nous allons à Madrid pour réclamer les droits du Peuple Basque et ceux des travailleurs basques. On ira au parlement seulement si on nous laisse demander des choses pour le Pays Basque.

On n’a pas l’intention de participer activement dans la gestion de l’Etat depuis les institutions de Madrid.”

Beatriz Beiras, euronews :

“Mais concrètement, est-ce que vous allez demander un référendum sur l’auto-détermination ?”

Jon Inarritu, député Amaiur :

“Oui. Nous allons travailler sur trois axes.

Le premier est en relation avec la souveraineté : nous allons exiger le droit du Pays Basque à décider librement son futur.

Le deuxième axe est en relation avec le conflit qu’a vécu ce pays pendant des décennies, et même de siècles. Nous demandons au gouvernement de prendre de la hauteur pour que le conflit soit résolu par des voies démocratiques.

Le troisième axe est l’exigence d’un nouveau modèle socio-économique. Nous voulons développer ce modèle depuis ici, mais puisque le Pays Basque est encore espagnol, nous allons demander à la gauche de prendre des mesures pour lutter contre cette politique néo-libérale.”

Beatriz Beiras, euronews :

“L’ETA a définitivement renoncé à la violence. Quel impact cela a-t-il pu avoir sur les résultats d’Amaiur ?”

Jon Inarritu, député Amaiur :

“C’est difficile de le savoir. Nous pensons que le résultat est un reflet de l’union des forces nationalistes et le fait d’avoir une feuille de route pour la pacification et la normalisation du Pays Basque. Cet accord de Guernica a été signé par les formations politiques membres de la coalition Amaiur.”

Beatriz Beiras, euronews :

“Mais, vous considérez que l’annonce de l’ETA ne vous a pas bénéficié…”

Jon Inarritu, député Amaiur :

“Non je ne pense pas. C’est un fait, mais je ne pense que cela ait eût une influence sur le résultat.”

Beatriz Beiras, euronews :

“Parlons de la crise économique et de l’austérité. Quelle est votre position concrète sur ces sujets ?”

Jon Inarritu, député Amaiur :

“Nous pensons que les mesures de coupes sociales qui ont été mises en place par le précédent gouvernement espagnol n’ont aidé en rien à résoudre la crise.

Bien au contraire, la dette et le déficit sont encore là. Et d’un autre côté la misère et le chômage ont augmenté dans l’Etat espagnol.

Donc on pense que des mesures doivent être prises par la gauche.”