DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les manifestants de la Place Tahrir réclament toujours le départ des militaires

Vous lisez:

Les manifestants de la Place Tahrir réclament toujours le départ des militaires

Taille du texte Aa Aa

Même si une partie de leurs revendications semblent en passe d‘être exaucées, des milliers de femmes et d’hommes continuent d’investir l’emblématique place Tahrir du Caire, 9 mois après la révolte qui a conduit à la chute de l’ancien président.

Pour eux, pas question de crier victoire et encore moins de plier bagage tant que le pouvoir continue de demeurer aux mains des militaires et que des caciques de l’ancien régime continuent d’en investir les postes clés.

Comme en février dernier, les femmes occupent une place importante dans ce mouvement de contestation.

“Nous voulons que des élections puissent avoir lieu, nous voulons la mise en place du processus électoral. Nous pensons que c’est la voie pacifique pour un transfert du pouvoir. L’armée doit céder le pouvoir à un gouvernement accepté par tous et qui a suffisamment d’autorité pour être en mesure de diriger le pays. Le gouvernement démissionnaire n’avait pas la moindre autorité, estime Sally Sami, militante des droits de l’homme.”

Bothaina Kamel est la seule femme candidate déclarée à l‘élection présidentielle de l’année prochaine. Il y a quelques jours à peine, elle avait entamé une grève de la faim pour réclamer la libération de manifestants. Au milieu de la foule et de sympathisants, la candidate appelle au départ inconditionnel de l’armée.

“Ils tuent nos enfants, qui demandent seulement la liberté. Nous avons été très naïfs en laissant le pouvoir à l’armée, qui n’est que l’extension de l’ancien régime de Moubarak, a-t-elle déclaré devant la caméra d’euronews.”

Entre 1500 et 2000 personnes ont été blessées ces derniers jours lors des affrontements avec les forces de l’ordre, incommodées pour la plupart par des gazs lacrymogènes.

Pour elles, comme pour les autres restées sur la place, la junte militaire a beau promettre de se conformer aux objectifs de la révolution, seul son retour dans les casernes marquera la fin des hostilités.