DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : le conflit s'enlise place Tahrir

Vous lisez:

Egypte : le conflit s'enlise place Tahrir

Taille du texte Aa Aa

En Egypte, l’armée propose une élection avant fin juin 2012 mais les manifestants restent intransigeants.

Les affrontements se sont poursuivis ce mercredi matin place Tahrir, au Caire, entre militants pro-démocratie et forces de l’ordre.

L’armée tente depuis plusieurs jours de disperser une foule qui revient sans cesse sur place, et les manifestants dénoncent des méthodes douteuses.

“Ils ont brûlé des maisons et ils disent que c’est nous qui l’avons fait, déclare ce jeune manifestant, équipé d’un masque à gaz, ils ont jeté des cocktails Molotov et ont tiré à balles réelles.”

“Quelques-uns d’entre nous ont commencé à jeter des pierres sur les policiers, qui ont réagi agressivement, raconte un autre, mais ce n’est pas nous les coupables, c’est la faute du maréchal Tantaoui, qui ne fait rien pour nous, et qui est dans son coin à regarder ce qui se passe.”

Les manifestants ont déjà fait tomber le nouveau gouvernement, qui a démissionné lundi. Mais à quel prix… Trente personnes au moins sont mortes dans les violences.

Hier soir, le maréchal Tantaoui, décrédibilisé par de longues années passées dans l’ombre de Hosni Moubarak, a promis d’organiser une élection présidentielle mi-2012 pour un retour au pouvoir civil.

Les législatives, elles, sont maintenues pour la date du 28 novembre.

Mais il n’est pas sûr que ce scrutin abreuve les militants de la place Tahrir, assoiffés de démocratie, et le bras de fer avec le pouvoir militaire pourrait bien s’inscrire dans la durée et prendre un air de nouvelle révolution égyptienne.