DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Prix Sakharov : les lauréats saluent la place des nouveaux médias dans leurs combats

Vous lisez:

Prix Sakharov : les lauréats saluent la place des nouveaux médias dans leurs combats

Taille du texte Aa Aa

Depuis 1988, le Prix Sakharov fait hommage à la liberté de pensée. Ses lauréats se sont retrouvés au Parlement européen à Bruxelles pour inaugurer la salle Sakharov qui deviendra un lieu de débat. La journaliste algérienne Salima Ghezali avait été récompensée en 1997.

“ La démocratie est actuellement inexistante dans les pays arabes “ , dit-elle. “ Pourtant, la lutte pour cela remonte à il y a bien longtemps dans le monde arabe, mais ce n’est que récemment qu’on y a prêté attention. “

Cette année, le Prix a justement été attribué à cinq militants qui ont participé au printemps arabe. Et pour certains d’entre eux, les nouveaux médias ont été un relais très précieux. Le lauréat de l’année 1996, Wei Jingsheng, en sait quelque chose :

“ Je pense que parmi tous les droits et les libertés, le plus important, c’est la liberté d’expression. Et c’est ce pour quoi le peuple chinois lutte. Il veut s’exprimer, en particulier sur internet aujourd’hui. Mais cette agora est strictement contrôlée par le gouvernement chinois. Et donc, on assiste à une lutte acharnée entre les deux. “

Ce rassemblement des lauréats aura été l’occasion d’une conférence sur la lutte pour le respect des droits de l’Homme et la place grandissante qu’y occupent les nouvelles technologies. Décerné chaque année par le Parlement européen, le Prix Sakharov contribue aussi à populariser les causes oubliées, nous confie Reyes Castanon, une Dame en blanc cubaine :

“ Le Prix Sakharov a permis de sensibiliser l’Europe au mouvement des Dames en blanc. Et cela a suscité un vrai phénomène. Les gens ont voulu connaître les Dames en blanc. Certains venaient vers nous comme on va au spectacle, d’autres pour se solidariser avec nous. Je me souviens que nous étions dans un parc, en train de réclamer la libération d’un prisonnier politique qui était malade, et le gens passaient et nous faisaient ce geste de la main. “

Les lauréats 2011 recevront le Prix le 14 décembre. L’un d’eux n’y sera pas, le jeune vendeur ambulant qui s‘était immolé par le feu, déclenchant la révolte tunisienne.