DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Législatives au Maroc : un test pour la monarchie

Vous lisez:

Législatives au Maroc : un test pour la monarchie

Taille du texte Aa Aa

13,5 millions de Marocains sont appelés aux urnes aujourd’hui, pour des législatives que la Monarchie veut historiques. Il s’agit pour Rabat de faire du Maroc un modèle de transition pacifique vers plus de démocratie.

31 partis sont en lice, dont les trois grandes formations déjà représentées au parlement.

Ce scrutin pourrait conduire à une percée de l’opposition islamiste du PJD, le Parti de la justice et du développement, emmené par Abdelila Benkirane. Il est donné favori.

Selon les termes de la constitution révisée, le roi devra choisir son premier ministre au sein du parti arrivé en tête.

Principaux adversaires du PJD : les libéraux du RNI, le Rassemblement national des indépendants, de l’actuel ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mézouar.

L’autre parti de la coalition gouvernementale, l’Istiqlal, né avec l’indépendance, a perdu de sa superbe aux yeux des Marocains.

Le véritable enjeu de ces législatives, c’est cependant le taux de participation. Nombre d’opposants Marocains estiment que les réformes royales pour désamorcer la contestation du printemps ne vont pas assez loin. Ils ont appelé au boycott du scrutin.