DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maroc : vers une percée des islamistes ?

Vous lisez:

Maroc : vers une percée des islamistes ?

Taille du texte Aa Aa

C’est le principal enseignement de ces législatives marocaines alors que les bureaux de vote ont désormais fermé leurs portes : la participation, censée apporter une légitimité à ce scrutin post-référendum, n’a pas vraiment été au rendez-vous…

Au delà des chiffres, de nombreux bureaux de vote ont été quasi déserts une bonne partie de la journée.

Sauf surprise, ce sont les islamistes modérés du Parti Justice et Dévellopement qui devraient se hisser en tête. Quant à Abdelilah Benkirane, leader de la formation, il est pressenti pour prendre la tête du futur gouvernement.

“Normalement, le prochain gouvernement devrait avoir plus de liberté pour appliquer son programme, même si les pouvoirs restent toujours aux mains du roi, notamment en matière de défense et d’affaires religieuses, a-t-il affirmé devant la caméra d’euronews.”

Un scrutin qui devrait aussi favoriser le Rassemblement national des indépendants ou RNI. Son leader, Salaheddine Mezouar, actuel ministre de l‘économie, milite pour un Maroc tourné vers l’avenir.

“La modernité et l’ouverture sont des choix fondamentaux si nous voulons que notre pays et notre société soient en ligne avec la réalité du monde d’aujourd’hui, déclare-t-il.”

Boycottées par l’opposition et les contestataires du Mouvement du 20 février, ces législatives ont lieu dans le sillage des révoltes arabes, et un contexte de grogne sociale. Le chômage touche au Maroc près d’un jeune sur deux.

Approuvée par référendum l‘été dernier, la nouvelle Constitution prévoit entre autres de renforcer les pouvoirs du Parlement et du Premier ministre, nommé directement par le Roi.