DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Avec Poutine, les Russes connaissent déjà la chanson


Russie

Avec Poutine, les Russes connaissent déjà la chanson

Vladimir Poutine, le super-héros, sauveur de la Russie, homme fort, musclé et à poigne, le “mâle” du pays… ou comme un air de déjà vu entre les images qui inondent les télévisions au cours de cette campagne et celles qui faisaient le tour du monde de 2000 à 2008…

Le timide et inconnu Premier ministre de Boris Elstine en 1999 a construit autour de lui un véritable culte de la personnalité

Incontournable mais plus intouchable.

Voilà la différence avec son dernier mandat de président il y a 4 ans.

En témoigne des images, qui ont fait le tour du net, et les gorges chaudes des analystes. On y voit et y entend pour la toute première fois, au cours d’un évènement sportif, le patron de la Russie se faire huer par la foule.

Une partie de l‘électorat russe se serait-elle laissé gagner par l’usure et la lassitude ?

Une chose est sûre, flirtant pendant des années avec des records de popularité à faire pâlir ses homologues occidentaux, Vladimir Poutine expérimente pour la première fois une chute de sympathie significative

Et si une partie des Russes sont lassés de quelque chose, c’est peut être du jeu des chaises musicales.

En 2008, après 2 mandats présidentiels et l’impossibilité constitutionnelle de se représenter, Vladimir Poutine précipite sur le devant de la scène un jeune homme, inconnu et timide, comme lui neuf ans plus tôt. Dimitri Medvedev lui succède à la tête de l’État.

Dans un numéro public de fair-play, Vladimir Poutine lui souhaite bonne chance et dit avoir toute confiance en lui, mais chacun sait qu’il n’a pas dit son dernier mot, et qu’il ne sera pas loin…

En effet, il se voit charger de former le premier gouvernement de la présidence Medvedev. Ce poste, qu’il n’a pas quitté en quatre ans, lui permet de maintenir entre ses mains une partie des rennes du pouvoir.

Si le dauphin s’est peu à peu émancipé du joug de son mentor, les deux hommes jouent depuis quatre ans le numéro du “jamais l’un sans l’autre” et de “un fauteuil pour deux”. Ce qui commence à irriter.

Finalement la candidature de Vladimir Poutine n’est pas une surprise, comme si la présidence de Medvedev n’avait été qu’une parenthèse légale pour lui permettre de revenir au cœur du pouvoir.

Et ni son style ni sa rhétorique n’ont changé.

Austère mais soucieux de s’afficher proche du peuple et de ses aspirations Poutine se présente, une fois encore, comme le sauveur de la Maison Russie, appuyé cette année par une conjoncture mondiale économique très sombre… “Il y a encore beaucoup de risque et d’incertitude. Et il est très important que l’on travaille en équipe dans ces conditions orageuses, pour que notre navire ne chavire pas”.

Pendant quatre ans, les Russes avaient entonnés un nouveau couplet. Il est maintenant temps de reprendre le refrain.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le Pakistan furieux contre Washington