DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Taio Cruz, un deuxième album made in dancefloor


Culture

Taio Cruz, un deuxième album made in dancefloor

Encore du son pour les dancefloors. Taio Cruz s’apprète à livrer un nouvel album. Le titre phare, “Hangover”, traduisez “Gueule de bois”. Question : quelle part de vécu y a-t-il dans tout cela ? Réponse de l’artiste britannique : presque rien. Ah bon…

“Je ne bois jamais assez pour avoir la gueule de bois, explique-t-il. Il m’est déjà arrivé d‘être un peu pompette, de vaciller un peu, ce qui s’est avéré intéressant et marrant. Mais en général je ne sors pas faire des trucs de dingue. Mais une fois par an je pars en vacances et l’année passée avec mon manager et mes amis on est allés passer une dizaine de jours à Ibiza et c‘était la folie totale et je me suis clairement inspiré des pitreries qu’il a pu y avoir pour écrire le titre “Gueule de bois”.”

Taio Cruz avait cartonné avec son premier album “Rokstarr” et notamment le titre “Dynamite”. Alors pour le deuxième opus, il a choisi de rester dans la même veine. On ne change pas une musique qui gagne. Logique. Explications de l’artiste : “Avec l’album “Rokstarr” je me suis présenté au monde. Et je dirais que le monde n’a vraiment entendu que trois chanson – “Higher”, “Dynamite” et “Break Your Heart”. Alors je me suis dit qu’il était encore un petit peu tôt pour complètement changer et montrer quelque chose de totalement différent. Je vois la chose un peu comme pour un premier rendez vous, on ne dévoile pas tout, tout de suite. Du coup je voulais que ce nouvel album soit comme une suite de “Rokstarr”. C’est toujours dans la même veine, un tempo assez élevé, très sympa, un son électro qui envoie plein d‘énergie positive.”

Le choix de la rédaction

Prochain article
L'exploration flamenco d'Anoushka Shankar

musica

L'exploration flamenco d'Anoushka Shankar