DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Paris : exhibitions ou l'invention du sauvage


Culture

Paris : exhibitions ou l'invention du sauvage

Ils ont été arrachés aux colonies pour être exhibés comme des animaux de zoo, par les occidentaux.

Leur histoire est au coeur de l’exposition “Exhibitions ou l’invention du sauvage”, au musée des arts premiers, quai Branly à Paris. Qualifier ces indigènes de sauvages a contribué à justifier la brutalité du colonialisme.

Guadeloupéen, la star du foot, Lilian Thuram, est co-commissaire de l’exposition.

“Moi je crois qu’il faut avoir le courage de comprendre que chacun de nous a des préjugés, que ces préjugés ont une histoire, dit-il. Parler de ce phénomène des zoos humains, c‘était aussi expliquer comment le racisme scientifique, des scientifiques comme Cuvier ou des théoriciens comme Gobineau, qui a écrit “essai sur les inégalités des races”, s’est introduit dans la population.”

De la découverte de l’Amérique en 1492 jusqu‘à la fin du 18ème siècle, le spectacle est réservé à une élite européenne, avide d’exotisme.

Puis le phénomène prend de l’ampleur : jusqu’en 1958, les exhibitions de “sauvages” attirent 1,5 milliard de curieux.

“Les visiteurs de l‘époque pouvaient aller voir, au jardin d’acclimatation, des personnes qui venaient d’Asie, derrière un enclos, et elles étaient présentés comme des sauvages, poursuit Lilian Thuram. Donc des millions de personnes sont parties de ces jardins d’acclimatation en pensant qu’elles avaient vu le sauvage. Et donc vous pensez bien que, justement, il y a une histoire dont, malheureusement, nous avons des séquelles.”

L’exposition rassemble 600 objets, oeuvres d’art, moulages, ou machines à mesurer le crâne, censés démontrer la supériorité des blancs sur les autres races. En nommant les individus exhibés et en retraçant leur histoire personnelle, elle tente de leur rendre leur dignité. A voir jusqu’au 3 juin 2012.

Le choix de la rédaction

Prochain article
L'exploration flamenco d'Anoushka Shankar

musica

L'exploration flamenco d'Anoushka Shankar