DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Serious games : le jeu, c'est du sérieux !

Vous lisez:

Serious games : le jeu, c'est du sérieux !

Taille du texte Aa Aa

Les “Serious Games” – comprenez les jeux sérieux – font un tabac dans les sphères de l‘éducation, du marketing et de la communication. Ils sont devenus l’outil indispensable pour acquérir, en s’amusant, des savoirs parfois pointus et complexes.

Cinquante exposants présentaient les toutes dernières technologies en la matière au septième salon des serious games à Lyon. Un secteur à gros potentiel, selon l’organisateur du salon, Philippe Larrouquère-Hereyre.

“Comment voyez-vous l’avenir de ces technologies ?” lui demande l’envoyé spécial d’euronews, Claudio Rocco.

“En plein développement, assure-t-il. C’est vrai que les technologies évoluent beaucoup et très rapidement avec tout ce qui est mobilité, sur téléphone or sur tablette. Et puis les technologies comme la 3D ou les prises de vue réelles aussi qui viennent de plus en plus dans le Serious Games. Sur la partie formation, investir sur un logiciel tel qu’un Serious Game permet effectivement de pouvoir former à la hauteur d’un groupe sans que les personnes soient présentes physiquement, et donc effectivement y il a un rapport de coût qui peut être intéressant pour les entreprises qui investissent dans ces outils là.”

Le constructeur automobile français Renault utilise déjà les serious games pour former 18.000 commerciaux dans pas moins de 37 pays. Le jeu leur permet de s’entraîner sur toutes sortes de clients, et de ne pas se laisser prendre de court par des comportements parfois surprenants.

“Ici, nous avons un extrait du jeu où l’on peut voir quatre membres de l‘équipe commerciale, explique Damian Nolan, expert en jeux vidéo. Cette jauge mesure le moral des troupes, donc ils se débrouillent pas mal en ce moment, et ici, nous simulons une rencontre entre le chef des ventes et un client. Le jeu vous permet d’apprendre en pratiquant. Nous pouvons mettre en application les compétences interpersonnelles nécessaires à la situation. Je peux essayer d’avoir un dialogue intelligent avec le client, mais je peux aussi simuler ce qui se passe si j’ai adopté la mauvaise attitude. Dans ce cas, les ventes risquent de plonger, mais la critique fournie par le jeu m’expliquera pourquoi j’ai échoué et m’encouragera à réessayer.”

“ Bien souvent, les enfants ont peur d’aller à l’hôpital. Mais heureusement, un serious game est là pour les familiariser aux seringues et autres radios,” reprend Claudio Rocco.

Baptisé Ludomedic, ce jeu est conçu pour les ordinateurs personnels. Il est aussi à la disposition des enfants dans certains hôpitaux. Brice Dubat, expert en jeux vidéo, explique : “l’enfant joue ce petit personnage là, qui doit aller passer une IRM, une imagerie par résonance magnétique. Et donc on va le conduire à la machine. On va lui expliquer ce qu’est une IRM, comment ca marche, ce qu’il va subir, etc… Donc là, c’est sa maman qui le rassure avant. Maintenant, il y a une piqûre pour injecter le produit de contraste et donc là c’est le mini-jeux qui explique à l’enfant comment marche le produit de contraste. On voit l’image à résonance magnétique. L’enfant doit colorier certaines zones. Ca lui explique que le produit de contraste met en évidence certaines parties de son organisme pour déceler des maladies, des problèmes…”

Ce serious game est destiné aux personnes handicapées avec pour objectif de les aider à trouver leur place dans l’environnement professionnel, à prendre confiance en elles avec leurs collègues et leurs supérieurs hiérarchiques et à les informer sur leurs droits.

“Les personnes handicapées découvrent à l’aide de ce jeux des situations similaires à celles qu’elles mêmes rencontrent au quotidien et c’est comment je parviens à trouver des solutions par le dialogue, par la compréhension, l’accompagnement et je me sens mieux comprise et intégrée,” traduit Michèle Cappelaere, formatrice.

On trouve même un serious game pour apprendre à faire du parapente… Sécurité garantie !