DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vladimir Vassiliev, député russe : "la Russie a besoin d'immigrants"

Vous lisez:

Vladimir Vassiliev, député russe : "la Russie a besoin d'immigrants"

Taille du texte Aa Aa

Serguei Doubine, euronews :

Pour évoquer l’immigration en Russie, nous sommes en duplex avec Vladimir Vasiliev, député du parti Russie Unie et président de la commission parlementaire sur la sécurité.

Le parti libéral-démocrate de Russie a proposé un amendement punissant de trois ans de prison tout migrant clandestin qui refuse de quitter le pays. L’amendement a été bloqué, notamment par votre parti. Mais quelle est la position de Russie Unie sur l’immigration.

Vladimir Vasiliev, député de Russie Unie :

La Russie a besoin de migrants. Nous sommes dans une situation démographique difficile. En 2015 nous commencerons à ressentir un manque de main d’oeuvre dans la population active. Mais dans le même temps, les flux migratoires doivent être régulés. C’est pour ça que rien que l’année dernière, nous avons adopté plusieurs lois pour mieux contrôler le secteur, par exemple avec un permis de travail temporaire, et nous avons mis en place un certain nombre de règles pour l’immigration de travailleurs spécialisés ceux qui toucheront plus de 2 millions de roubles soit près de 50.000 euros et on demande aussi à ces migrants de prouver qu’ils maîtrisent la langue russe”.

Serguei Doubine, euronews :

“Cette dernière mesure… S’agit-il de protéger les migrants, de réguler le flux, où est-ce une mesure de répression ?”.

Vladimir Vasiliev, député de Russie Unie :

“C’est probablement un mélange de tout ça. Tout d’abord, une personne qui arrive dans un pays avec une seule langue d’Etat, dans notre cas le Russe, ne doit pas arriver sans préparation. Elle doit être capable de lire des choses simples comme des consignes de sécurité qui sont écrites en Russe.

Deuxièmement, si elle maîtrise la langue, elle aura moins de problème avec ceux qui lui parleront.

Ce qui est important également, c’est que la langue permet de comprendre le pays, parce que parfois les immigrants ont du mal à comprendre les coutumes, ou la manière de faire certaines chose, des choses normales pour la majorité de la population d’un pays.

Serguei Doubine, euronews :

“On entend de plus en plus que la montée du nationalisme extrêmiste envers les immigrants peut mettre en danger toute la Russie. Qu’en pensez vous ?”

Vladimir Vasiliev, député de Russie Unie :

Prenons un exemple. Je suis un élu de la région de Tver, et dans cette région, il y a plus de 109 nationalités. La Russie est vraiment un pays multinational. Notre pays est différent de la plupart des autres Etats, parce que nous avons vêcu ensemble pendant des siècles, donc nous savons comment faire.

Mais bien sûr, cette carte est fréquemment abattue par les politiciens, notamment à l’approche d‘élections, et ils font monter la sauce, souvent de manière artificielle”.

Serguei Doubine, euronews :

“D’autres disent que ce qui menace aussi la sécurité de la Russie, c’est la corruption très importante qui sévit dans le domaine de l’immigration. Qu’est-ce qui peut être fait ?”

Vladimir Vasiliev, député de Russie Unie :

“Nous avons introduit la possibilité de licencier les personnes corrompues pour “perte de confiance”.

Nous enregistrons environ 14.000 cas de corruption par an, en général des histoires de pots-de-vin, et si la personne est condamnée vous pouvez la licencier. Mais si la justice ne la condamne pas, cette personne corrompue peut se débrouiller pour être rétablie dans sa fonction.

Désormais il y a cette loi de licenciement pour “perte de confiance”, qui peut-être utilisée si le code de conduite est rompu, si le contrat n’est pas respecté, si il y a corruption mais que la justice ne l’a pas qualifié de crime, même si le crime n’a pas été prouvé.

On veut mettre également en place une grande réforme de la police qui est la plus grande entité à s’occuper de l’immigration ce pays. Donc dès 2012, nous allons augmenter les salaires des policiers, parce que ce sont eux qui sont sur le terrain, avec les migrants.”