DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Biologie marine : des hippocampes réintroduits dans l'étang de Thau

Vous lisez:

Biologie marine : des hippocampes réintroduits dans l'étang de Thau

Taille du texte Aa Aa

Une centaine de jeunes hippocampes à l’assaut de l‘étang de Thau dans le sud de la France.

Ces juvéniles ont été relâchés à l’endroit même où leur géniteurs avaient été prélevés quelques mois plus tôt par les scientifiques de l’institut océanographique de l‘île des Embiez.

La gestation et l‘éclosion des chevaux de mer a été gérée à l’institut. Fait rare chez les poissons, c’est le mâle qui porte les œufs.

“Ils font une parade nuptiale, ils tournent l’un autour de l’autre en remontant à la surface et la femelle vient se positionner devant et elle dépose les œufs dans la poche du mâle “, dit le biologiste Philippe Aubrey.

Chaque peut ponte donne entre 100 et 200 œufs. Pour l’expérience, ce sont 300 jeunes hippocampes qui ont été réintroduits dans leur milieu naturel. L’objectif des scientifiques est de reconstituer au plus vite la population de cette espèce menacée par la pollution et la destruction de son habitat.

“On sépare les mâles des femelles, parce qu’on va relâcher 2 pontes différentes, il ne faut donc pas mélanger les frères et sœurs”, poursuit Philippe Aubrey.

L‘étang de Thau abrite la plus importante population d’hippocampes d’Europe. Bien que menacé, l’hippocampe n’est pas encore sur la liste rouge des espèces protégées.

Cette réintroduction permettra aussi aux scientifiques de compléter leur étude des hippocampes à long nez, l’une des deux espèces de la méditerranée.

“Le fait de les élever en milieu clos, puis de les relâcher, cela permet forcément d’augmenter leurs chances de survie”, indique le biologiste Hervé Violette.

Les juvéniles qui n’ont pas été relâchés dans la nature ont trouvé un habitat dans neuf aquariums publics. La pêche et l’approvisionnement des aquariums privés figurent parmi les facteurs qui menacent directement l’espèce. Des fermes marines ont été mises en place aux Philippines pour protéger les populations des chevaux de mer.