DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Londres réduit ses relations diplomatiques avec l'Iran au strict minimum


Royaume-Uni

Londres réduit ses relations diplomatiques avec l'Iran au strict minimum

Après le tollé international, les représailles. Le saccage de l’ambassade britannique à Téhéran a été condamné par de nombreux pays ainsi que par le Conseil de sécurité de l’Onu.

Ce mercredi Londres a annoncé la fermeture de l’ambassade iranienne en Grande Bretagne. Autrement dit, les relations diplomatiques entre les deux Etats sont réduites au niveau le plus bas. Le secrétaire aux Affaires étrangères William Hague s’en est expliqué devant le parlement : “L’Iran est un pays où les leaders de l’opposition sont en résidence surveillée, où pour l’instant plus de 500 personnes ont été exécutées cette année, où enfin la moindre protestation est écrasée sans ménagement. L’idée que les autorités iraniennes n’ont pas pu protéger notre ambassade, ou que cette attaque ait pu se produire sans le consentement à un certain point du régime n’est que fantaisie. Dès lors nous exigeons la fermeture immédiate de l’ambassade d’Iran à Londres et que tous les membres du personnel diplomatique iranien doivent quitter le Royaume-Uni dans les 48 heures.”

Dimanche, le parlement iranien avait voté l’expulsion de l’ambassadeur britannique et la réduction du niveau des relations avec Londres. Décision prise suite aux sanctions britanniques liées au programme nucléaire de la République islamique.

Au départ, les manifestants rassemblés ce mardi devant l’ambassade britannique à Téhéran protestaient contre ces sanctions. Malgré une forte présence policière, plusieurs dizaines d’entre eux ont investi et saccagé les locaux. Les autorités iraniennes ont fait par de leurs regrets et promis des poursuites judiciaires contre les responsables. Pas sûr que cela suffise à faire baisser la tension avec les pays occidentaux.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Reprise des pourparlers entre Serbes et Kosovars